Sophie Thériault

Boursiers
2003
Programme d'étude:
Professeure agrégée, Faculté de droit, Université d'Ottawa

Sophie est professeure agrégée à la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa.

Sophie Thériault est professeure agrégée à la Section de droit civil de l’Université d’Ottawa, où elle enseigne notamment le droit des peuples autochtones, le droit de l’environnement et le droit constitutionnel. Elle détient un baccalauréat, une maîtrise et un doctorat en droit de l’Université Laval (LL.B. 2000; LL.M. 2004; LL.D. 2009). Récipiendaire de nombreux prix, dont la bourse de la Fondation Pierre Elliott Trudeau, elle a séjourné à l’Université de Washington à Seattle (2004-2005) et à l’Université de Victoria (2005-2007) à titre de chercheuse-invitée. Elle a été auxiliaire juridique auprès du juge LeBel à la Cour suprême du Canada en 2002-2003.

Ses travaux de recherche, qui ont fait l’objet de nombreuses publications, communications scientifiques et subventions de recherche, portent sur l’industrie extractive et les droits des peuples autochtones, la justice environnementale et les droits environnementaux, et les enjeux de sécurité alimentaire pour les peuples autochtones.

En 2012, elle a remporté le concours d’essai juridique de l’Association Canadienne des Professeurs de Droit (ACPD) pour un article portant sur les droits environnementaux dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec, qu’elle a publié en collaboration avec le professeur David Robitaille dans la Revue de droit de McGill.

Elle est membre du Barreau du Québec, de même que du Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIÉRA, Université Laval), du Centre du droit de l’environnement et du développement durable (Université d’Ottawa) et du Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne (Université d’Ottawa). Elle est également membre du Comité de rédaction de la Revue canadienne Droit et Société.

Expérience à titre de boursière Trudeau

L’apport de mon expérience de boursière Trudeau à mes recherches doctorales et à ma carrière universitaire est simplement inestimable. La Fondation m’a d’abord permis de connaître des chercheurs passionnés et possédant un bagage extraordinaire d’expériences et de connaissances acquises à travers la lentille de diverses disciplines des sciences humaines et sociales. Dans le cadre des rapports durables que nous avons établis, j’ai eu l’immense privilège d’échanger avec d’autres membres de la Fondation Trudeau à propos de mes recherches et d’être confrontée à des perspectives inédites du point de vue de ma propre discipline. J’ai ainsi pu acquérir des savoirs développés dans le langage de disciplines peu accessibles entre les murs des facultés de droit. De surcroît, le financement de la Fondation Trudeau a rendu possible les séjours de recherche que j’ai accompli au sein de communautés autochtones en Alaska. Ces séjours m’ont sensibilisée aux réalités des communautés vivant dans les régions arctiques et ont ainsi considérablement enrichis mes recherches doctorales sur les rapports entre les droits territoriaux et la sécurité alimentaire des Inuit. Le support de la Fondation Trudeau fut en outre indispensable à la réalisation de mes séjours prolongés à l’Université de Washington à Seattle et à l’Université de Victoria, lesquels ont grandement favorisé mon insertion dans de vastes réseaux de chercheurs au Canada et aux États-Unis.