Sébastien Brodeur-Girard

Boursiers
2016
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Droit
Affiliation actuelle:
Université de Montréal
Région:

Sébastien Brodeur-Girard (droit, Université de Montréal) cherche à réconcilier le droit occidental et les traditions juridiques autochtones, en ayant recours au droit relationnel, une théorie qui place les relations au centre de la pensée et de la pratique juridique

Projet de recherche

Le droit relationnel comme outil d’interpénétration des systèmes juridiques autochtones et occidentaux

Des visions différentes du droit ont été la source de nombreux conflits entre autochtones et allochtones. Pourtant, les paradigmes dans lesquels s’ancrent chacune de ces visions pourraient ne pas être aussi opposés qu’ils le paraissent. Les traités modernes et le renouvellement jurisprudentiel de l’interprétation des traités historiques semblent ainsi témoigner d’une certaine ouverture à la reconnaissance de l’idée, fondamentale au sein des traditions juridiques autochtones, selon laquelle les lois doivent avoir pour objet principal les relations entretenues avec les autres.

Il devient ainsi envisageable, à travers une acception conjointe – ou à tout le moins convergente – de la notion de « droit relationnel », de concevoir des points de rencontre des systèmes juridiques occidentaux et autochtones, aptes non seulement à faciliter la réconciliation de ces traditions, mais aussi à susciter de nouvelles solutions créatives afin de résoudre les différents inévitables liés à la cohabitation de peuples distincts sur un même territoire.

Sébastien est candidat au doctorat en droit à l’Université de Montréal, sous la direction du professeur et lauréat Trudeau Jean Leclair. Son projet vise à trouver des manières de réconcilier le droit étatique occidental et les traditions juridiques autochtones, en recourant notamment à l’idée de droit relationnel.

Avant de se consacrer au domaine du droit, Sébastien a d’abord entrepris des études en histoire. Il a ainsi obtenu un doctorat à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, en cotutelle avec l’Université de Montréal. Soutenue à Paris en 2004, sa thèse portant sur l’histoire religieuse et intellectuelle française du 18e siècle a obtenu la prestigieuse mention « Très honorable avec félicitations du jury ».

Désireux d’obtenir une expérience de travail hors du monde académique, Sébastien a par la suite œuvré comme travailleur autonome dans le domaine de l’histoire. Il a notamment développé un circuit patrimonial et un site web pour une municipalité, servi de porte­parole au Québec pour une entreprise de services généalogiques en ligne, et conseillé l’Institut Historica­Dominion dans la production de nouvelles capsules cinématographiques des « Minutes du Patrimoine ». Il est l’auteur d’ouvrages de vulgarisation historique pour le grand public, ainsi que de plusieurs manuels scolaires.

De plus en plus intéressé par les questions liées aux peuples autochtones, il a terminé à temps partiel en 2011 un certificat en études autochtones de l’Université Laval, avant de retourner aux études à temps plein dans le but de développer une expertise en droit autochtone. Il a ainsi terminé en 2014 un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal, bénéficiant par la suite d’un passage accéléré au doctorat.

Passionné de voyage et toujours intéressé à s’ouvrir de nouvelles disciplines, Sébastien a également complété en 2015 à l’Université du Québec à Montréal un programme court de 2e cycle en sciences des religions portant sur l’Amazonie brésilienne, qui s’est conclu par un stage en anthropologie sur le terrain.