Rosalind Raddatz

Boursiers
2010
Programme d'étude:
Directrice du Bureau du Provost et professeure adjointe en politique, Faculté d’arts et de sciences de l’Université Aga Khan
Affiliation actuelle:
Université Aga Khan
Région:

Directrice du Bureau du Provost et professeure adjointe en politique au sein de la Faculté d’arts et de sciences de l’Université Aga Khan

Rosalind Raddatz étudie les protagonistes et les tactiques lors des négociations de paix sur le continent africain, en se concentrant plus particulièrement sur les jonctions entre la culture, la religion, et les politiques. En tant que politicologue, ses travaux sont grandement interdisciplinaires, notamment parce qu’ils incluent la psychologie, le droit et les études en gestion. Rosalind s’intéresse également aux violences de masse et aux génocides, aux questions de libre arbitre, de motivation et choix, tant au plan personnel que collectif, à la justice transitionnelle telle que pratiquée par les cultures africaines autochtones, ainsi qu’aux réfugiés et aux transplantations. Elle est également une photographe primée et une rédactrice-pigiste.

Projet de recherche

Justifier la paix : ententes politiques et démocratie dans la Sierra Leone et le Libéria d’après-guerre civile

Cette étude comparative évalue l’impact du partage des ressources et du pouvoir entre les ex-belligérants, les tiers partis qui interviennent (gardiens de la paix, médiateurs, en tant que participants au conflit) et la société civile dans le contexte des récentes négociations de paix et de démocratisation au Liberia et en Sierra Leone. En évaluant l’efficacité et la légitimité des récents accords de paix dans ces pays, le projet permettra de dégager les problèmes inhérents à la poursuite simultanée d’une démocratisation et d’une consolidation de la paix.

Le double objectif de paix et de démocratisation donne souvent lieu à des compromis qui peuvent fragiliser l’une comme l’autre. La thèse de Mme Raddatz traite ces enjeux en proposant un cadre théorique qui reconnaît que les objectifs de paix et de démocratisation sont souvent à risque tout en tenant compte du fait qu’ensemble, le partage des ressources et du pouvoir, l’intervention internationale, la médiation et les mouvements sociaux peuvent aider les factions belligérantes à déposer les armes et à cesser le combat.

Ce travail contribuera aux connaissances régionales et promet de donner des pistes qui feront avancer les études sur la paix et la démocratisation.

Rosalind Raddatz est une boursière Trudeau 2010 et une diplômée de l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa.  Sa thèse portait sur ce qui a amené les protagonistes des guerres civiles au Sierra Leone et au Libéria à participer aux négociations de paix. Rosalind analysait également les tactiques de négociations utilisées par les différents participants et cherchait à identifier les moments décisifs dans les pourparlers qui ont finalement mené aux accords de paix, qui ont été signés, implantés et maintenus. Ses autres projets de recherche portent notamment sur la responsabilité institutionnelle, le partage du pouvoir, les conflits de masse et les génocides, les questions de genre et de santé mentale dans les régions se relevant d’un conflit, les réfugiés et les déplacements, l’influence de la société civile sur la paix et les conflits ainsi que l’éthique appliquée et biomédicale. Elle a obtenu un baccalauréat en science politique et philosophie et une maîtrise en philosophie de l’Université Concordia à Montréal. Avant ses recherches doctorales, Rosalind a travaillé comme documentariste, écrivaine, enseignante et photographe. Elle est une collectionneuse passionnée d’œuvres d’art et est active au sein de plusieurs organisations à but non lucratif, y compris la présidence du conseil d’administration d’Heshima Kenya. Rosalind vit actuellement à Nairobi, au Kenya, où elle travaille et entraîne des chevaux.