Kyle Kirkup

Boursiers
2013
Mentor(s): 
Affiliation actuelle:
Professeur adjoint, Faculté de droit, Université d'Ottawa
Région:

Jusqu’à présent, l’affirmation des droits et de la dignité des personnes LGBT s’est limitée au droit de la famille. Il voudrait étendre cette réflexion au droit criminel.

Les crimes sexuels : les engagements des personnes allosexuelles à l’égard du droit pénal, de la rue à la prison

Au cours des trois dernières décennies, les débats au Canada entourant l’introduction de la protection des droits de la personne, des avantages sociaux pour les conjoints de même sexe et de la reconnaissance des relations ont plutôt eu tendance à évoquer un nouveau sujet juridique sous le couvert de la respectabilité. Lorsque des membres de la communauté allosexuelle ont cherché à avoir accès à une protection juridique, ils ont eu tendance à fonder leurs demandes sur des arrangements familiaux convenables. Toutefois, ce qui est largement absent de ce tournant de respectabilité est l’engagement à l’égard du droit pénal, notamment dans des affaires où les personnes allosexuelles ne peuvent pas être facilement comprises comme des victimes d’actes criminels. La thèse de Kyle renvoie au droit pénal afin d’examiner son utilisation continue comme outil de discipline – et qui, parfois, est incapable de discipliner – ceux qui ne peuvent pas être compris en matière de respectabilité. Son projet de recherche conjugue les pratiques de maintien de l’ordre sur le terrain, des histoires de salle d’audience sur la non-divulgation du VIH ainsi que les expériences des personnes allosexuelles en milieu carcéral. Ce projet soutient que lorsque les personnes allosexuelles deviennent prises au piège par les aspects répressifs de la justice pénale, le système juridique contemporain cesse d’aborder les difficultés auxquelles elles font face en raison de leur identité de genre et sexuelle. Alors que les normes d’égalité réelle sont maintenant bien ancrées dans les domaines du droit en matière de droits de la personne, du droit de la famille et du droit constitutionnel, ces normes sont mises à l’écart au moment de l’application de la sanction. Son projet de recherche se conclut par la création d’une théorie du mouvement allosexuel dans l’ordre public. Cette théorie soutient que des personnes allosexuelles, se codifiant elles-mêmes comme des victimes respectables d’actes criminels et qui cherchent une protection contre l’appareil punitif de l’état carcéral, courent le risque d’instancier les programmes d’ordre public. Par conséquent, elles peuvent par inadvertance insuffler un nouvel élan dans des systèmes qui continuent d’être utilisés pour punir les membres les plus vulnérables de la communauté allosexuelle.  

Kyle Kirkup est professeur adjoint à la Faculté de droit (Section de common law) de l’Université d’Ottawa. Sa recherche se penche sur le rôle du droit constitutionnel, du droit pénal et du droit de la famille dans la réglementation des normes contemporaines de l’identité de genre et de la sexualité.

Ses travaux de recherche ont été publiés dans la Revue Canadienne Droit et Société, la Revue de droit d’Ottawa, le Supreme Court Law Review, l’Osgoode Hall Law Journal, la Revue des Affaires Juridiques et Sociales de Windsor et le Journal of Race, Gender and Ethnicity. Kyle se consacre actuellement à la rédaction d’un manuscrit sous forme de livre intitulé Law and Order Queers: Respectability, Victimhood, and the Carceral State (Les personnes allosexuelles et l’ordre public : respectabilité, victimisation et état carcéral) sous contrat avec la UBC Press.
Kyle est titulaire d’un doctorat de la Faculté de droit (doctorat en sciences juridiques 2017) de l’Université de Toronto, où il était boursier 2013 de la Fondation Pierre Elliott Trudeau ainsi que boursier du Programme de bourses d’études supérieures du Canada (CRSH). Il est également titulaire d’un LL. M. (2012) de la Yale Law School, d’un baccalauréat en droit (2009) de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa et d’un baccalauréat en lettres (2006) du College of the Humanities de l’Université Carleton. De 2010 à 2011, il a occupé le poste d'auxiliaire juridique auprès de l'honorable juge Louise Charron de la Cour suprême du Canada. Il a également enseigné le droit constitutionnel avancé à la Faculté de droit de la Western University et travaillé au cabinet juridique McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L. à Toronto. Kyle est membre du Barreau du Haut Canada.

Par ailleurs, il intervient régulièrement dans les médias et a récemment publié des éditoriaux dans The Globe and Mail, le National Post, Options politiques ainsi que pour TVO sur des sujets comme les plaintes, la prostitution et la non divulgation du VIH. Kyle a comparu devant le Comité permanent de la justice et des droits de la personne de la Chambre des communes à titre de témoin expert et a rédigé des rapports d’expert pour le Bureau de l’enquêteur correctionnel et la Commission ontarienne des droits de la personne.

  • 3 Mai 2016
    Plusieurs membres de notre communauté participeront aux deux rendez-vous annuels incontournables dans l’agenda des universitaires canadiens : le 84econgrès de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS), qui se déroulera du 9 au 13 mai à l’Université du Québec à Montréal sur le thème « Points de rencontre », ainsi que le 85eCongrès des sciences humaines qui aura lieu à l’Université de Calgary du 28 mai au 3 juin sur le thème « L’énergie des communautés ».
  • 13 Novembre 2014
    https://www.youtube.com/watch?v=FbhA3_o08EY,
    Le boursier Trudeau 2013 Kyle Kirkup a participé au panel intitulé BDSM Consent and the Law qui s’est tenu le 13 novembre dernier à l’Université de Toronto. Pour visionner la discussion ici.  .
  • 13 Août 2013
    Le boursier Trudeau 2013 Kyle Kirkup a été invité à l’émission Metro Morning diffusée à la radio de CBC afin de discuter de sa recherche avec l’Association des chefs de police de l’Ontario. Il s’agit d’une première en son genre au Canada. « Best Practices on Policing and LGBTQ Communities in Ontario » étudie la relation entre les services policiers et les membres des communautés LGBTQ de l’Ontario.