Clarence Louie

Comme chef du Conseil de bande Osoyoos, M. Louie a fortement encouragé le développement économique comme moyen d’améliorer le sort de son peuple. Il met son sens entrepreneurial au profit de jeunes doctorants

Depuis 1984, moment où il a été élu pour la première fois chef de la bande indienne d’Osoyoos (qui fait partie de la Nation Okanagan dans le centre-sud de la Colombie-Britannique), Clarence Joseph Louie a toujours insisté sur l’importance du développement économique comme moyen d’améliorer la qualité de vie de son peuple. Sous sa direction, la bande a mis sur pied une société polyvalente qui possède cinq entreprises et emploie des centaines de personnes. Parmi les autres réalisations sous le mandat du chef Louie, on note le règlement négocié de trois revendications territoriales précises, la négociation réussie de plus de 1000 acres de développement locatif, l’acquisition de centaines d’acres de terre pour ajouter à la réserve, l’achat d’une entreprise hors réserve viable, le financement du développement d’un important terrain de golf, l’adoption d’un règlement sur la fiscalité de la bande d’Osoyoos, le financement et la construction d’un établissement scolaire et d’autres installations, et enfin, l’ouverture de la première vinerie de propriété autochtone, une coentreprise avec Vincor International.

Tout en mettant l’accent sur le développement économique comme moyen de parvenir à l’autonomie, le chef Louie insiste également sur l’importance de préserver la langue et la culture d’Okanagan dans tous les aspects des activités de la bande, y compris les entreprises. La réalisation du Nk’Mip Desert & Cultural Center n’est qu’un des nombreux exemples de son engagement.

Les efforts du chef Louie ont été largement reconnus au Canada et aux États-Unis. En 1999, il a reçu le Aboriginal Business Leader Award de la All Nations Trust and Development Corporation. En 2000, l’Advancement of Native Development officers (CANDO) l’a nommé « Economic Developer of the Year » et le gouverneur général du Canada l’a invité à joindre la tournée de leadership de l’an 2000. En 2001, le chef Louie a été nommé au sein du conseil d’administration d’Entreprise autochtone Canada et il en est devenu le président en 2007. En 2002, Aboriginal Tourism BC lui a accordé le « Inspirational Leadership Award » et en 2003, Maclean’s l’a inclus dans la liste des « 50 personnalités canadiennes à surveiller ». Cette marque de reconnaissance a été suivie par d’autres mentions de la part du Département d’État des États‑Unis, de la Aboriginal Achievement Foundation, de l’Order of British Columbia, du programme de l’Entrepreneur de l’année d’Ernst & Young’s et de l’ordre du mérite du Conseil canadien pour le commerce autochtone. En 2016, il a été nommé membre de l'Ordre du Canada.