Aliette Frank

Boursiers
2005
Mentor(s): 
Affiliation actuelle:
The Evergreen State College
Région:

Aliette est auteure et formatrice en environnement. Elle souhaite par sa recherche faire mieux comprendre à la communauté littéraire la question du changement global.

J'ai conduit de la recherche sur les changements glaciaires, l'écotourisme, la conservation des espèces en péril, ainsi que sur les sciences et le récit. J'ai écrit pour The New York Times, National Geographic News, National geographic Traveler, National Geographic World, Applied Environmental Education & Communication, et National Wildlife, ainsi que pour des organisations telles que The McKenzie Group, Inc., The Nature Conservancy, World Wildlife Fund, Civil Military Alliance to Combat HIV and AIDS, Joint United Nations Program on HIV and AIDS, et des presses universitaires.

En somme, mon travail cherche à concilier le meilleur des savoirs scientifiques et non-scientifiques pour appuyer la plannification durable.

Quand j'ai obtenu ma bourse de doctorat de la Fondation Trudeau, mon intention était d'abord d'effectuer des recherches sur la durabilité de l'environnement dans la ville où je vivais et dans différents lieux à l'étranger. Cependant, quelques mois après le début de mes recherches, j'ai vite compris qu'il me fallait changer de perspective. Si je voulais un jour que l'on me considère comme une spécialiste, et à plus forte raison comme une chercheuse de pointe sur les problèmes de durabilité, je devais comprendre le sens du mot durabilité pour moi-même. Mon travail avec la Fondation a été absolument crucial, ne serait-ce que pour tenter de relever ce défi. Mon expérience à la Fondation a donc été autant une expérience de recherche sur la durabilité « dans le vaste monde » qu'un apprentissage sur le sens de la durabilité à un niveau personnel.

La Fondation m'a donné bien davantage que ce que l'on peut lire sur ce site. À ma grande surprise, ce n'est pas ce qui m'avait d'abord conduit à soumettre ma candidature pour une bourse de doctorat qui m'a fourni les enseignements les plus précieux. Mes plus grandes leçons sur la durabilité sont venues des coups de fils tard dans la nuit sur des questions de santé avec d'autres chercheurs, des lettres sur la poésie qui m'ont été écrites à la main par d'autres boursiers, des courriels des employés pour me souhaiter bon anniversaire ou me dire « On aimerait bien voir les photos de votre mariage ».

Les membres de la Fondation Trudeau m'ont toujours semblé ouverts, quelles que soient leurs différences manifestes. Il est vraiment très précieux d'évoluer dans un milieu où les gens accueillent volontiers différents modes de savoir, même si ces derniers s'opposent radicalement à leurs conceptions personnelles. Pour résumer, mon expérience de boursière va bien au-delà de ce dont je pourrais parler dans une conférence ou de ce que je pourrais écrire dans une thèse en tant que chercheuse. Ce que j'espère aujourd'hui, grâce à ce que j'ai vécu en tant que boursière de la Fondation, c'est de pouvoir aider les autres à trouver le sens qu'ils donnent à la notion de durabilité, quel que soit ce sens.