11 Octobre 2018

Avec cette impudeur admirable qui caractérisait si bien sa plume, le poète allemand Rainer Maria Rilke écrivit dans Correspondances à trois—Rilke, Pasternak et Tsvétaïeva :

 « Car peu t’importe ceux qui portent ;

avec un doux visage.

Tu regardes ceux qui questionnent. »

Depuis septembre 2018, la Fondation Pierre Elliott Trudeau s’intéresse au questionnement. Animé.e.s par des préoccupations relatives à l’Excellence Inclusive et au Leadership Engagé, nous parcourons le pays pour accueillir et recueillir la complexité des apports, des refus, des responsabilités, des absolus. Chefs d’œuvre fragmentaires, instantanéité de la vérité vivante, nos participant.e.s abordent nos questions simples en lançant d’autres questions, plus riches, plus difficiles, désarmantes d’authenticité. Certain.e.s réclament une langue commune qui nous unirait d’un seul trait, ou y rêvent secrètement; d’autres soulignent le désir de ne pas respirer à l’intérieur de la même maison, comme un solitaire qui choisit de regarder les étoiles seul, debout et libre devant le ciel à la profondeur infinie. Dans Mémoires d’Hadrien, Marguerite Yourcenar présentait ainsi ce dilemme humain qui nous habite : « Chaque homme a éternellement à choisir, au cours de sa vie brève, entre l’espoir infatigable et la sage absence d’espérance, entre les délices du chaos et celles de la stabilité, entre le Titan et l’Olympien. À choisir entre les deux, ou à réussir à les accorder un jour l’un à l’autre. » En naviguant ensemble ces rives familières, nos Forums du futur invitent quiconque s’y joint à entreprendre quelque chose qui est plus grand que soi, et à accepter d’avance les concessions singulières qui en porteront la marque et en seront les manifestations les plus visibles. En bout de course, et grâce à votre générosité, la Fondation adoptera un plan stratégique qui lui permettra de percer le paradoxe du vivre-ensemble et d’innover en se projetant tel un leader dans le temps.

De tous ces morceaux de spontanéité courante, nous retenons certaines remarques de notre passage en Alberta et aux Territoires du Nord-Ouest. Véritable topographie de l’âme, le groupe rencontré à Edmonton nous partageait un constat : « Si nous souhaitons devenir des leaders vraiment inclusifs, nous devons entendre les personnes qui ne nous parlent pas. Ces individus qui sont en marge ont quelque chose à dire. Il faut chercher leur souffle. » À Yellowknife, nous avons abordé la question du temps, sa condition irrévocable et le rythme mystérieux qu’il sait parfois imposer. Nous avons ainsi ressenti les points de convergence entre l’inclusion et le leadership engagé du point de vue autochtone, avec un message fort : « Souvent, nous voulons formuler des réponses rapides. Or, en raison de la course qui nous anime, nous ne prenons pas le temps d’écouter. Nous devons être plus patients. Cela prend du temps et il faut accepter que l’écoute active exige une contrepartie temporelle. Nous ne pouvons pas simplement parler. » Prendre le temps, ressentir le pouls de l’autre à la manière du médecin qui redonne à chaque patient son individualité propre. Écouter, silencieux et silencieuse. Choisir de ne rien dire, parfois. Ou risquer quelques mots, timidement, pour signaler que nous sommes là, dans cette part grandiose d’humanité. Élire domicile dans des lieux où l’on a choisi de vivre. Ensemble.

À la fin du mois d’octobre, nous bouclerons notre périple dans le Nord en visitant le Nunavut, où notre ancienne mentore nous accueillera, la mairesse d’Iqaluit Mme Madeleine Redfern. Nos Forums du futur continueront de porter le rythme subjectif des participant.e.s qui s’y greffent, comme une résidence invisible construite par-delà les frontières et dans les interstices du temps. La mi-novembre sera également garante d’échanges fructueux puisque deux Forums du futur seront lancés à Halifax, un premier en conjonction avec la Commission des droits de la personne de la Nouvelle-Écosse et un second en collaboration avec la Société royale du Canada, qui tiendra sa rencontre annuelle intitulée « Célébrons l’excellence et l’engagement ». C’est avec fierté que nous partagerons nos réflexions avec ces joueurs intellectuels incontournables. Je vous encourage fortement à vous y inscrire :

IQALUIT, NU 29 octobre

HALIFAX, N-É 15 et 16 novembre

Ces événements historiques sont au cœur du développement de la Fondation alors que nous cherchons à innover dans notre mission. Comme nous tiendrons plus de 25 Forums du futur à la grandeur du pays, certains qui sont actuellement en cours et d’autres qui se poursuivront jusqu'en mars 2019, le traditionnel Institut d'été ne se déroulera pas comme à l’habitude. Par contre, la Fondation organisera une retraite de planification stratégique au cours de laquelle nous partagerons certaines des leçons tirées dans le cadre des Forums du futur et aborderons la manière d’utiliser les informations obtenues par les participant.e.s pour élaborer notre plan stratégique. Et… plusieurs autres Instituts seront lancés sous peu… et ils porteront la marque définitive de l’Excellence Inclusive et du Leadership Engagé !

Dans une lettre à Rainer Maria Rilke envoyée le 14 août 1926, Marina Tsvétaïeva proposait cette image : « Telle je suis, Rainer, toute relation humaine est une île, et moi toujours engloutie—tête, peau, cheveux. (…) Le passé est encore à venir. » En cherchant à repérer l’île et à recentrer la relation humaine au cœur de sa mission, la Fondation Pierre Elliott Trudeau regarde le passé comme s’il était encore à venir—ce point de l’existence qui emprunte à la cendre et la projette, qui transmet le flot des mots naissants sur fond d’inclusion. L’aube du futur respire déjà la profondeur des rues du Nord.

Pascale Fournier

Présidente et chef de la direction

Équipe 2018