16 Janvier 2019

Le défi du changement institutionnel a été au centre des discussions lors des Forums du futur à l’Université de Toronto et l’Université York.

Cheryl Thompson, qui enseigne au département de communication de l'Université Ryerson, comptait parmi les participant.e.s. Elle a déclaré que la volonté de la Fondation Pierre Elliott Trudeau de faire du leadership engagé et de l’excellence inclusive des thèmes centraux de ses programmes est une étape audacieuse et positive. 

« C’est formidable de travailler pour l’inclusion et la diversité. Mais cela signifie que certaines choses vont être remises en question. »

Selon Thompson, dans presque tous les cas, apporter des changements requiert un leadership qui rassemble les gens autour d'un objectif commun. 

« Un leadership courageux implique de prendre des risques et mettre les gens dans un incubateur pour inspirer de nouvelles idées. »

Kelsey Spitz-Dietrich travaille avec l’organisation communautaire CKX qui met l’accent sur le leadership inclusif. Elle a souligné que, dans tout milieu, la poursuite de l'excellence inclusive nécessite de poser des questions difficiles. 

« Qui définit l'excellence? Et l'inclusion? Que signifient-ils? Souvent, le sens de ces termes a été basé sur la définition d’une personne. L'excellence, ou la compétence, ont été définies par ceux et celles qui étaient déjà jugés excellent.e.s ou compétent.e.s. »

Rosemary Sullivan, lauréate 2008 de la Fondation, est une écrivaine primée, une biographe, une journaliste et une militante. Elle a proposé que la Fondation envisage d'adapter ses programmes principaux afin d’assurer la participation d'un plus large éventail de la société.
« Il serait intéressant de voir s'il pourrait y avoir différents types de bourses d’études », a-t-elle déclaré.

Leah Kim Brighton travaille chez Mirae Talent and Executive Search. Elle soutient fermement les efforts proactifs visant à diversifier les conseils d’administration et les salles de classe. Elle a toutefois souligné que le chemin vers une plus grande inclusivité, bien que ce soit le bon chemin, ne sera pas toujours facile.

« Lorsque vous réunissez des personnes de différents horizons, cela peut entraîner des conversations compliquées. »

La présidente et chef de la direction de la Fondation, Pascale Fournier, a reconnu que la route vers un changement positif peut être décourageante et difficile. Elle a souligné les efforts de la Fondation pour soutenir le développement de futurs leaders, y compris les nouvelles politiques en matière de bien-être et de santé mentale pour les boursier.e.s.

« Si vous souhaitez avoir du courage et changer le monde, nous voulons vous donner une boîte à outils pour avoir plus d'impact. »