William Schultz

Boursiers
2018
Programme d'étude:
Doctorat en sociologie
Affiliation actuelle:
Université de l'Alberta
Région:

William Schultz (sociologie, Université de l’Alberta) conduit de la recherche dans les prisons canadiennes, menant des entrevues avec des prisonniers et des employés sur l’impact du fentanyl et des risques de sécurité majeurs sur leurs expériences et vies quotidiennes dans le milieu carcéral.

PROJET DE DOCTORAT

Attraction fatale : le fentanyl, les décès attribuables à la consommation de drogues et la nouvelle crise dans les milieux carcéraux au Canada

Les recherches en milieu carcéral ont été largement négligées. De nombreuses demandes pour que l’on effectue de nouvelles recherches qualitatives dans les milieux carcéraux (Simon, 2000; Wacquant, 2002) sont restées presque sans réponse à la fois au Canada et aux États-Unis. Par conséquent, les structures institutionnelles du milieu carcéral canadien n’ont pas pu puiser à même des recherches universitaires pertinentes et sont devenues, aujourd’hui, calcifiées, démodées et inflexibles. De plus, les décideurs politiques et les administrateurs de services correctionnels disposent ni des outils nécessaires pour répondre à la montée en flèche des taux de mortalité liés aux drogues ni de renseignements pertinents pour créer de nouveaux outils. La recherche de William commence par adresser les lacunes de politiques en posant les questions suivantes : 1) Quels effets le fentanyl a-t-il eu sur les réponses en matière de politique sur la sécurité dans les milieux carcéraux canadiens et quelles conséquences a eu cette évolution sur les prisonniers? 2)  Quelles sont les conséquences des surdoses létales ou presque létales sur la perception des agents et des prisonniers quant à la sécurité ou la vulnérabilité à l’intérieur des milieux carcéraux? 3) Comment la menace posée par le fentanyl a-t-elle changé la sous-culture du milieu carcéral et la manière dont les prisonniers réagissent entre eux?

Étudiant en sociologie, William Schultz s’intéresse particulièrement au quotidien des gens qui vivent, s’adaptent et survivent en milieu carcéral au Canada. Sa recherche actuelle examine comment la crise actuelle des opioïdes au Canada a secoué profondément le système pénitencier et les organismes d’application de la loi partout au pays.

William est doctorant en sociologie à l’Université de l’Alberta depuis l’automne 2017. En plus de faire sa recherche doctorale, il est chercheur principal au projet University of Alberta Prisons, une étudeà grande échelle qualitative des prisons qui comprend notamment des entrevues avec des prisonniers et des agents correctionnels de l’Ouest canadien. Avant d’entamer son doctorat, William a complété une maitrise en sociologie, également à l’Université de l’Alberta. Intitulé Unlocking Radicalization : Correctional Officers, Risk Perception, and Ideological Extremism in Albertan Prisons, cette thèse examine comment la peur et les perceptions du risque affectent profondément les relations entre prisonniers et agents correctionnels. William est également un fier diplômé des institutions suivantes : Université Mount Royal (Calgary, Alberta : baccalauréat ès arts, 2013); Collège Lethbridge (Lethbridge, Alberta : diplôme, 2011); Institut Prairie Bible (Three Hills, Alberta : certificat, 2009).

De 2010 à 2015, William a travaillé comme agent correctionnel pour le gouvernement albertain et il lance parfois à la blague qu’il « a grandi en prison ». D’avoir travaillé dans le milieu carcéral rend sa recherche d’autant plus personnelle puisqu’il a été confronté aux premières vagues de surdoses de fentanyl dans les prisons albertaines et qu’il a connu des amis, clients et anciens collègues qui ont été profondément affectés par des surdoses accidentelles d’opioïdes.

William a grandi sur un ranch d’élevage de bovins du centre de l’Alberta et y travaille toujours durant les saisons de pointe. Il aime la lecture, voyager, jouer aux sports et les visionner ainsi que les activités de plein air avec ses amis. Il consacre de nombreuses heures de temps libre au bénévolat auprès d’organismes communautaires du centre de l’Alberta.

  • 21 Juin 2018
    La Fondation Pierre Elliott Trudeau annonce les récipiendaires de ses bourses doctorales 2018 Trois étudiant.e.s francophones en sciences humaines et sociales reçoivent l’appui de la Fondation.