William D. Coleman

Titulaire de la chaire de recherche du Canada sur la gouvernance mondiale et les politiques publiques, il s'intéresse à la mondialisation et à la condition humaine.

William D. Coleman est titulaire d'une chaire CIGI (Center for International Governance) en mondialisation et politiques publiques à la Balsillie School of International Affairs et professeur de science politique à l’Université de Waterloo. Il était auparavant directeur fondateur de l'Institut de recherche sur la mondialisation et la condition humaine à l'Université McMaster à Hamilton, en Ontario. Né à Nelson, en Colombie-Britannique, il a obtenu un baccalauréat de l'Université Carleton, puis une maîtrise et un doctorat de l'Université de Chicago.

Il est l'auteur de cinq livres dont The Independence Movement in Quebec, 1945-1980 (Toronto: University of Toronto Press, 1984); Business and Politics: A Study in Collective Action (Montreal: McGill-Queen's University Press, 1988, avec Michael M. Atkinson); The State, Business and Industrial Change in Canada (University of Toronto Press, Toronto, 1989) qui a reçu le Prix Charles H. Levine du meilleur livre dans le domaine de l'administration et des politiques publiques décerné par l'Association internationale de sciences politiques. Les deux livres les plus récents sont Financial Services, Globalization and Domestic Policy Change: A Comparison of North America and the European Union (Basingstoke: Macmillan, 1996) et Agriculture in the New Global Economy (avec Wyn Grant et Timothy Josling) (Edward Elgar: 2004). Il a par ailleurs édité trois livres dans le domaine des politiques publiques. Il est également directeur de collection intitulée « Globalization and Autonomy » publiée par les Presses de l'Université de la Colombie-Britannique. Les premiers deux livres dans cette série ont été publiés en mai 2008 : Global Ordering: Institutions and Autonomy in a Changing World, co-édité par Louis W. Pauly et William D. Coleman, et Renegotiating Community: Interdisciplinary Perspectives, Global Contexts, co-édité par Diana Brydon et William D. Coleman. Les deux prochains livres ont été publiés en 2009: Empires and Autonomy: Moments in the History of Globalization, co-édité par Stephen Streeter, John C. Weaver et William D. Coleman, ainsi que Unsettled Legitimacy : Power and Authority in a Global Era, co-édité par Stephen Streeter et William D. Coleman. William Coleman a également écrit des articles sur la politique québécoise, les relations entre le gouvernement et le milieu des affaires, l'évolution des politiques agricoles, l'élaboration des politiques de services financiers et la mondialisation, articles qui ont été publiés dans des revues au Canada, aux États-Unis et en Europe.
En 1996, William Coleman reçoit le prix Konrad Adenauer pour la recherche, un prix décerné tous les ans à un universitaire par la Alexander-von-Humboldt-Stiftung à Bonn, en Allemagne, dans le domaine des humanités et des sciences sociales au Canada. Il a utilisé ce prix pour poursuivre ses recherches sur les politiques d’agriculture en Allemagne et dans l’Union européenne. En janvier 2002, il reçoit une subvention de GTRC (Grands travaux de recherche concertée) s'élevant à 2,5 millions de dollars canadiens dans le cadre du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Ensemble avec 40 collègues canadiens et 43 autres collègues internationaux, il étudie les relations entre mondialisation et autonomie. Il a été nommé lauréat de la Fondation Pierre Elliott Trudeau en 2007.

Il remporte en 1994 un prix d'enseignement 3M à l'échelle du Canada décerné par la Société pour l'avancement de la pédagogie dans l'enseignement supérieur (SAPES). En 1997, il se voit décerné un prix d'enseignement par l'Union des associations des professeurs des universités de l'Ontario. L'Université McMaster lui a attribué le prix du président pour le leadership en éducation en 2002.