Vincent Pouliot

Boursiers
2005
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Professeur agrégé, Département de science politique, Université McGill
Région:

Professeur agrégé, Département de science politique, Université McGill

L'échange d'idées représente le moteur de la vie sociale et du progrès humain. Développer une pensée critique et la mettre à l'épreuve d'opinions divergentes constituent donc une nécessité pour les citoyens du 21e siècle. Dans cette vision, le milieu académique joue un rôle fondamental en formant des libres penseurs et en forgeant des cadres d'analyse qui se répercutent souvent sur les sociétés. Lorsqu'on regarde l'actualité internationale, on voit que plusieurs des prismes qui orientent les politiques trouvent leur origine dans le milieu académique. Certaines de ces idées sont néfastes, comme le choc des civilisations, tandis que d'autres sont plutôt bonnes, par exemple la notion de développement humain. La responsabilité des étudiants et des professeurs universitaires est donc énorme : suggérer aux décideurs internationaux des manières de voir le monde qui soient pacifistes et progressistes.

Pour moi, la bourse de doctorat de la Fondation Trudeau a représenté une occasion en or de promouvoir le libre échange d’idées et, encore mieux, d’y prendre part de plain pied. Que ce soit par le biais des activités, conférences et ateliers ou simplement à travers mes conversations avec mes pairs, j’ai grandement bénéficié de l’esprit engagé et engageant qui anime la Fondation. Le dialogue interdisciplinaire et surtout la possibilité de franchir le fossé qui sépare souvent le monde universitaire de celui de la pratique ont constitué des opportunités stimulantes de pousser mes réflexions plus loin afin de mieux les arrimer aux dynamiques de changements sociaux et politiques de notre temps. Dans mes recherches futures comme dans mes enseignements à venir, je me promets d’essayer de contribuer, à mon tour, à former des esprits critiques, libres, et engagés.

Biographie


Vincent Pouliot est professeur agrégé au Département de science politique de l'Université McGill. Il détient un doctorat en science politique de l’Université de Toronto. Ses recherches portent sur les logiques pratiques de la gouvernance mondiale de la sécurité, particulièrement dans le cadre des organisations internationales (par exemple, la réforme du Conseil de sécurité de l'ONU) ou des processus politiques et diplomatiques de pacification (notamment le cas de la relation entre la Russie et l'OTAN dans l'Après-guerre froide). En 2009, l’Association canadienne de science politique lui a décerné le Prix Vincent-Lemieux pour la meilleure thèse de doctorat en science politique soumise à une université canadienne en 2007 et 2008.