Stephanie Lake

Boursiers
2017
Programme d'étude:
Santé publique et populationnelle
Affiliation actuelle:
Université de la Colombie-Britannique
Région:

Stephanie Lake (santé publique et populationnelle, Université de la Colombie-Britannique) s’intéresse aux effets de l’utilisation médicale et de la légalisation du cannabis sur la crise des surdoses d’opioïdes en Colombie-Britannique et ailleurs au Canada.

Projet de recherche

Examen des répercussions de l'utilisation du cannabis sur la santé et la société dans le cadre d'une crise actuelle d'opioïdes chez les consommateurs de drogues illicites à Vancouver, au Canada

Les Canadiens souffrent d'un taux sans précédent de morbidité et de mortalité lié à l'utilisation d'opioïdes (c.-à-d. héroïne et antidouleurs sur ordonnance). La situation s'est aggravée avec l'apparition de nouvelles formes d'opioïdes à dose élevée comme le fentanyl illicite. En 2016, les overdoses mortelles de drogues ont été décrétées comme étant une urgence en matière de santé publique dans la province de la Colombie‑Britannique.

À la lumière de la légalisation prévue du cannabis au Canada, des constatations préliminaires fascinantes ont démontré que le cannabis peut jouer un rôle important dans la réduction de l'utilisation d'opioïdes ainsi que sur le taux de morbidité et de mortalité lié à cet effet auprès de personnes souffrant de douleurs chroniques non cancéreuses. Toutefois, les incidences ne sont pas claires en ce qui concerne la légalisation du cannabis chez les gens aux prises avec le VIH ou présentant un risque d'infection à celui-ci et qui ont longuement fait l'usage d'opioïdes illicites.

Dans le contexte d'un taux élevé de souffrances liées aux opioïdes chez les consommateurs de drogues illicites en C.‑B., la recherche de Stephanie vise à examiner le lien entre l'accès et l'utilisation du cannabis, l'usage d'opioïdes, le recours aux services de soins de santé et la morbidité liée aux drogues (p. ex. les overdoses et blessures) au sein d'une forte population de consommateurs de drogues dans la partie est du centre‑ville de Vancouver. Les conclusions de cette recherche pourront servir à éclairer la pratique clinique entourant les ordonnances d'opioïdes et de cannabis auprès des populations consommatrices de drogues à risque élevé. Elles peuvent aussi étayer les programmes communautaires dans la réduction de méfaits ainsi que la mise en œuvre et l'évaluation du cadre de travail canadien de la légalisation du cannabis.

Stephanie Lake est étudiante au doctorat à la School of Population and Public Health de l'Université de la Colombie‑Britannique et chercheuse au BC Centre on Substance Use (Centre de lutte contre les toxicomanies en C.-B.) du BC Centre for Excellence in HIV/AIDS (Centre d'excellence sur le VIH/sida de la C.-B.). Son enquête s'appuie sur les données de deux études de cohortes menées auprès de plus de 2 000 consommateurs de drogues illicites. Cette enquête vise à déterminer comment la légalisation du cannabis à grande échelle au Canada peut avoir des répercussions sur l'utilisation d'opioïdes (p.ex. l'héroïne, le fentanyl et autres antidouleurs sur ordonnance) ainsi que sur l'engagement dans le système de soins de santé et sur une gamme de résultats cliniques (p.ex. des overdoses).

Dans le cadre de son engagement à transposer ses résultats de recherche en politiques afin d'améliorer la santé des consommateurs de drogues et leur communauté, Stephanie Lake a publié plusieurs études en tant qu'auteure principale dans des revues de pointe, y compris The International Journal of Drug Policy and Drug and Alcohol Dependence. Son commentaire sur les lignes directrices entourant les ordonnances de cannabis à des fins médicales au Canada (La revue canadienne de santé publique, 2015) ont été mentionnés à travers le pays dans plus de 125 médias de la presse imprimée, de la radio et de la télévision. Stephanie Lake agit fréquemment à titre de commentatrice dans les médias pour aborder les incidences potentielles de la légalisation du cannabis auprès de la santé publique au Canada. Elle a récemment co-rédigé un article d'opinions dans le Vancouver Sun au sujet de la conduite sous l'influence du cannabis. Elle a récemment créé, en partenariat avec le département de la santé de l'État de New York, un module de formation continue auprès des médecins sur les constatations des cannabinoïdes dans le traitement des symptômes du VIH/sida et des effets secondaires des thérapies antirétrovirales.

Stephanie siège au conseil d'administration national du Canadian Students for Sensible Drug Policy (CSSDP) et copréside la section régionale de Vancouver. De 2013 à 2016, elle a été rédactrice attitrée au UBC Medical Journal. Elle a également travaillé sur de nombreux projets pour la Coalition canadienne des politiques sur les drogues, y compris des rapports nationaux, des exposés de politique et du matériel d'éducation communautaire.

Stephanie Lake est titulaire d'un baccalauréat en sciences de la santé de l'Université d'Ottawa et d'une maîtrise ès sciences de la santé de la population de l'Université de la Colombie‑Britannique (UBC). Son engagement dans le domaine lui a valu de nombreux prix et distinctions, y compris une bourse d'études supérieures du Canada Frederick Banting et Charles Best des Instituts de recherche en santé du Canada (au niveau de la maîtrise et du doctorat), une bourse de doctorat de quatre ans de l'UBC et une bourse “Bridge” de l'UBC/IRSC.