Sherri Brown

Boursière postdoctorale, Université de la Californie, San Francisco

Sherri Brown a terminé un doctorat en science politique à l'Université McMaster. Sa thèse de doctorat portait sur la croissante et le rôle de l'autorité privée dans la gouvernance de la santé, particulièrement du point de vue des partenariats public-privé qui visent à accroître l'accès aux médicaments pour le VIH/sida dans l'Afrique subsaharienne. Mme Brown est codirectrice et auteure de trois chapitres du livre Health for Some: The Political Economy of Global Health (2010). Sa recherche a été publiée dans deux chapitres de Reinventing Chieftaincy in the Age of AIDS, Gender, Governance and Development (2011). Cette recherche porte sur les stratégies de leadership communautaire des femmes dans la prévention du VIH et sur l'impact des mesures d'atténuation dans les milieux pauvres en ressources au Ghana. Mme Brown a donné de nombreuses conférences sur les enjeux liés à l'accès au traitement du HIV en Afrique subsaharienne. Elle a organisé des conférences communautaires et des campagnes de financement en lien avec ces questions. Ses intérêts de recherche portent sur la santé, le développement et l'économie politique, particulièrement sur les liens entre la mondialisation, le genre et la santé.

Expérience à titre de boursière Trudeau

La bourse Trudeau a été une source inestimable d'appui financier, intellectuel et communautaire. Elle a été très importante pour ma recherche doctorale et mon développement intellectuel au cours des quatre dernières années. Grâce à la bourse, j'ai eu la chance de connaître des universitaires, spécialistes et politiciens fascinants qui ont intensément appuyé mon projet et mon développement professionnel. De plus, grâce au soutien de la Fondation, j'ai pu voyager dans trois pays de l'Afrique subsaharienne, trois pays européens et plusieurs États des États-Unis, afin d'approfondir ma recherche et de mener des entrevues auprès d'une centaine de personnes, en plus d'en rencontrer des centaines d'autres. Ces voyages ont donné lieu à certaines des expériences les plus étranges, stimulantes et merveilleuses de ma vie. Un jour, au Lesotho, je me réveillais à 5 h pour rencontrer un représentant du ministère de la Santé; plus tard dans l'après-midi je me retrouvais dans la modeste maison d'une grand-mère d'un village éloigné qui me racontait les difficultés d'élever huit petits-enfants orphelins. La recherche nous met à l'épreuve, repousse nos limites, accroît notre vision du monde et nous met en relation avec des gens que nous n'aurions jamais rencontrés autrement. Je ne saurais remercier suffisamment la Fondation pour m'avoir accordé cette chance.