Sara Angel

Boursiers
2012
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Doctorat en histoire de l'art
Affiliation actuelle:
Université de Toronto
Région:

Sara étudie comment la restitution d'œuvres d'art pillées durant l'ère nazie peut façonner une approche plus éclairée des expositions muséales sur la culture visuelle ainsi qu'une méthode plus équitable de la discipline de l'histoire de l'art.

Sara Angel est rédactrice, directrice et fondatrice de l’Institut de l’art canadien et boursière Trudeau 2012. Ses travaux portent sur la restitution d'œuvres d'art pillées durant l'ère nazie et la manière dont cette question est devenue un des enjeux les plus importants dans le milieu des arts à l’échelle internationale depuis le milieu des années 1990. Dans le cadre du Max Stern Restitution Project, Mme Angel étudie comment les affaires de récupération d’œuvres volées ont posé bien des défis aux juristes, ont eu une incidence sur les politiques culturelles internationales et ont occasionné des maux de tête aux musées en matière de relations publiques. Les travaux de Mme Angel portent sur l’histoire complexe de la spoliation d’œuvres d’art à l’ère nazie et illustrent la manière dont les conservateurs et les historiens de l’art doivent développer de nouvelles approches concernant les études sur la provenance, l’éducation et l’exposition de biens culturels.

Projet de recherche

L'art, la restitution d'œuvres d'art pillées durant l'ère nazie, la justice et la provenance : vers une compréhension plus juste des biens culturels

La restitution d'œuvres d'art pillées durant l'ère nazie est devenue l'un des plus importants sujets du domaine de l'art à l'échelle internationale. Depuis le milieu des années 90, il y a eu une explosion d'actions en justice par des propriétaires ou leurs descendants afin de récupérer leurs œuvres volées durant le Troisième Reich. Ces cas ont posé bien des défis auprès des juristes, en plus d'avoir des répercussions sur les relations internationales et d'occasionner des maux de tête pour les relations publiques des musées. Toutefois, la justice a rarement été rendue. Les décisions en matière de propriétaires uniques des toiles ont été principalement attribuables à l'interprétation des testaments et à des questions de compétence qu'à des principes de justice historique. Parallèlement, les pratiques de conservation contemporaines et les approches théoriques de l'histoire de l'art n'ont guère évoluées afin d'inclure les enseignements à tirer de la spoliation des biens culturels de la Seconde Guerre mondiale et de ses répercussions multidimensionnelles. La recherche de Sara détaille l'histoire complexe de la restitution d'œuvres d'art pillées durant l'ère nazie et démontre comment les conservateurs et les historiens de l'art doivent élaborer des approches nouvelles en matière d'éducation et d'exposition de biens culturels dans le but d'assurer une compréhension plus juste du patrimoine créatif.

 

Sara Angel est étudiante au doctorat au Département des arts de l'Université de Toronto. Journaliste en arts visuels des plus connues au Canada, elle publie fréquemment des articles sur la culture visuelle contemporaine dans des magazines dont Maclean's, Canadian Art et The Walrus. Elle souhaite ainsi rendre le monde des arts accessible au plus grand nombre de personnes possibles. Elle publie également des travaux académiques, notamment dans la revue d'art Annales d'histoire de l'art canadien et Leonardo, the Journal of the International Society for the Arts, Sciences and Technology. Mme Angel est la première directrice générale et éditrice de  l'Institut de l'art du Canada/Art Canada Institute, un organisme de recherche situé au Collège Massey et qui vise l'éducation et la promotion de l'histoire de l'art au Canada. Sommité de la culture visuelle, Mme Angel a déjà été chargée de cours invitée à l'Université Harvard, à l'Université de Toronto, à l'Université Ryerson, au Musée royal de l'Ontario et au Musée des beaux-arts de l'Ontario.

Mme Angel a eu une longue carrière en journalisme et dans l'édition. Elle a été, entre autres, commentatrice à l'émission télévisée On the Arts à la CBC, rédactrice  du magazine Saturday Night et chroniqueuse au journal National Post. En 2006, elle devient rédactrice en chef au magazine Châtelaine. Elle est directrice de Angel Editions et de Otherwise Editions, deux entreprises qu'elle a créées en collaboration avec Bruce Mau, concepteur graphique renommée. Plusieurs livres écrits à la demande de Mme Angel et produits sous sa directive artistique et éditoriale ont été reconnus comme étant des œuvres importantes sur l'histoire canadienne où l'excellence prime tant au niveau des textes que de la présentation visuelle. Citons notamment The Museum Called Canada, Canada's House: Rideau Hall and the Invention of a Canadian Home, et Fights of Our Lives: Elections, Leadership and the Making of Canada. En 2011, Fights of Our Lives a été choisi par l'organisation Samara, en collaboration avec la Société d'encouragement aux écrivains du Canada, au palmarès des ouvrages politiques des 25 dernières années.
 
Bénévole impliquée, Mme Angel siège au sein d'organismes sans but lucratif, notamment au conseil d'administration de PEN Canada et de l'organisation Dancing with Parkinson's. Elle est également impliquée dans des activités de financement à l'Hospital for Sick Children (communément appelé SickKids) et à l'organisme The Stop Community Centre.