Robyn Sneath

Boursiers
2013
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Doctorat en éducation
Affiliation actuelle:
Université d’Oxford

S’appuyant sur un siècle d’histoire des communautés mennonites au Canada, Robyn Sneath réfléchit sur les conflits entre les politiques publiques d’éducation et la vision mennonite de la citoyenneté.

Robyn Sneath (éducation, Université d’Oxford) a travaillé au Canada et à l’étranger comme chercheuse, éducatrice et intervenante sur des enjeux liés à l’accès à l’éducation ainsi qu’à la place de la religion dans la société. Ses recherches doctorales portent sur le croisement entre éducation, citoyenneté et religion. Il s’agit d’une étude ethnographique sur les Mennonites de l’Old Colony au Canada et au Mexique. Mme Sneath détient une maîtrise en études religieuses et en sociologie de l’Université Harvard, où elle a reçu la bourse Monrad (financement intégral). Elle a été porte-parole de sa promotion lors de l’obtention de son baccalauréat en éducation à l’Université de la Colombie-Britannique. Elle a obtenu la médaille d’or en histoire et en études germaniques à l’Université de Winnipeg.

Projet de recherche 

« N'aspirez pas à ce qui est élevé » : une étude des croyances et des pratiques éducationnelles des Mennonites de l'Old Colony au Canada

La recherche de Robyn comporte une analyse ethnographique des archives et multi-sites portant sur les perceptions des Mennonites de l’Old Colony au Canada vis-à-vis les objectifs de l’éducation et, sur la façon dont leur compréhension de ces objectifs est demeurée constante à travers le temps et l’espace. Durant les années 1920, un conflit sur l’éducation a fait en sorte que quelque 8 000 Mennonites du Manitoba ont quitté le Canada pour s’établir à Chihuahua, au Mexique. Depuis, au moins 50 000 Mennonites de l’Old Colony sont revenus au Canada où des tensions éducationnelles persistent toujours. Robyn puise à même l’analyse des archives et l’ethnographie des Mennonites mexicains pour éclairer et contextualiser l’état actuel de l’éducation, au Canada, dans les communautés Mennonites de l’Old Colony. Le Canada a une longue et houleuse histoire au chapitre des minorités religieuses et ethniques et l’éducation. Pourtant, peu de recherches ont été effectuées dans ce domaine. La puissante et relativement peu connue histoire de l’éducation des Mennonites de l’Old Colony pourrait contribuer de façon significative au domaine de l’éducation interculturelle puisqu’elle illustre de quelle manière les groupes minoritaires se sont servis de l’éducation pour maintenir les frontières linguistiques et religieuses du groupe vis-à-vis la culture dominante.      

Robyn poursuit un doctorat en éducation à l’Université d’Oxford. Elle s’intéresse principalement au lieu de rencontre de l’éducation, de la religion et de la politique et sa thèse porte sur les croyances et les pratiques éducationnelles des Mennonites de l’Old Colony au Canada. 

Robyn est diplômée de l’Université de Winnipeg, l’Université Harvard et l’Université de la Colombie-Britannique (UBC). Lors de son admission à l’Université de Winnipeg, elle était récipiendaire de la bourse de l’Association des anciens – bourse de début d’études la plus prestigieuse – et, quatre ans plus tard, lorsqu’elle a obtenu son baccalauréat en histoire avec distinction (2003), elle a reçu la médaille d’or dans sa discipline. En 2003, elle a bénéficié d’une bourse complète à l’Université Harvard où elle a étudié l’histoire de la religion du XXe siècle en Amérique du Nord et obtenu une maîtrise en études théologiques en 2005. Avant de s’inscrire à UBC, Robyn était chercheuse et chargée de cours en histoire à l’Université de Winnipeg, l’Université du Manitoba, et l’Université Mennonite canadienne. Elle a également été mannequin pour l’une des agences de mannequins les plus réputées au Canada. Lors de ses études à UBC, où elle a obtenu un baccalauréat en éducation en 2011, Robyn a été membre du Sénat de l’université, a siégé à de nombreux comités sur l’éducation, et a été porte-parole de sa classe de 700 finissants. Elle  a reçu la bourse la plus importante de son programme et une bourse d’excellence en enseignement. Jusqu’à ce jour, elle s’est mérité 25 bourses et prix.   

Première personne de sa famille à poursuivre des études post-secondaires, Robyn est bien au fait des nombreuses barrières éducationnelles que rencontrent les étudiants des groupes marginalisés. Inspirée par sa propre expérience, et suite à de nombreuses années de travail auprès d’étudiants à risque, elle a fondé, en 2010, l’organisme caritatif CanU, un programme de mentorat hebdomadaire mensuel qui permet à des élèves du noyau central de Winnipeg de se rendre sur le campus dans le cadre d’un programme de mentorat offert par des étudiants universitaires. L’an dernier, 320 élèves ont participé. De l’avis de Robyn, un doctorat en éducation est la meilleure manière de maximiser son engagement envers la promotion du droit à l’éducation. De plus, elle considère qu’il s’agit d’un énorme privilège que de pouvoir influencer les autres afin qu’ils sachent que l’enseignement est une noble vocation et que l’éducation joue un rôle dans la formation du caractère des individus et des nations. Robyn a enseigné dans les systèmes scolaires publics et indépendants, et auprès d’élèves à domicile et d’étudiants internationaux. Elle a également préparé des programmes d’études et élaboré des cours, en plus d’être parent au foyer.