Nathan Andrews

Boursiers
2012
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Boursier postdoctoral Banting et professeur auxiliaire adjoint, Université Queen's
Région:

Boursier postdoctoral Banting et professeur auxiliaire adjoint à l'Université Queen's.

Responsabilité pour quoi, pour qui? Analyse critique de la responsabilité sociale d'entreprise (RSE) des intérêts miniers Kinross et Newmont au Ghana

La recherche doctorale de M. Andrews vise globalement à évaluer les incidences sociales, environnementales et, plus spécifiquement, entre les sexes, de projets miniers au Ghana par le biais de l'examen des intérêts miniers canadiens (Kinross) et américains (Newmont). L'étude examine au sens strict le concept de la « responsabilité sociale d'entreprise » (RSE) afin de comprendre sa nature, sa portée et sa raison d'être. En tenant compte du fait que l'exploitation minière et, à ce titre, la RSE, n'est pas la panacée pour le développement, M. Andrews soutient que jusqu'à ce que les populations ciblées par la RSE soient entièrement intégrées dans la conception et la mise en œuvre de ces initiatives, des conséquences abyssales sont à prévoir. Cela signifie que les projets et les initiatives destinés à améliorer la vie des gens peuvent plutôt accroître les niveaux de pauvreté et d'injustice sociale. En mettant l'accent sur la RSE, M. Andrews examine d'un œil critique le cadre juridique et réglementaire de l'industrie minière au Ghana, y compris l'évaluation des codes globaux de la RSE comme le Pacte mondial des Nations Unies, et comment ces codes encouragent (ou entravent peut-être) la conscience sociale responsable. Dans l'ensemble, cette étude vise à trouver un équilibre entre un gouvernement, une conscience sociale et un développement durable justes des communautés minières rurales au Ghana où des personnes pauvres, notamment des femmes, sont privées de leurs terres, de leurs moyens de subsistance et de leurs droits fondamentaux en raison de projets de développement minier.

Nathan Andrews a terminé ses études de doctorat en science politique de l'Université de l'Alberta, lesquelles ont été financées par une bourse doctorale de la Fondation Trudeau et par une bourse d’études supérieures du Canada Vanier. Sa recherche doctorale était axée sur la responsabilité sociétale des entreprises et sur les moyens de subsistance dans l'industrie minière au Ghana. M. Andrews est actuellement lauréat d'une bourse postdoctorale Banting et professeur auxiliaire adjoint à l'Université Queen's. Il mène ses travaux de recherche sur l'économie politique internationale des ressources naturelles en Afrique, en se concentrant actuellement sur la dynamique sociopolitique de l'extraction du pétrole et du gaz au Ghana. En plus de son intérêt pour le secteur de l'extraction en Afrique subsaharienne, où les richesses abondent, il a également mené des recherches et donné des cours à l'Université Queen’s sur des sujets tels que la gouvernance mondiale et la norme mondiale de prolifération, l'aide de l'étranger, les politiques de développement international auprès des pays africains, les régimes internationaux ou institutions internationales et la théorie des relations internationales.

M. Andrews est le coauteur de deux ouvrages intitulés Africa Yesterday, Today & Tomorrow: Exploring the Multi-dimensional Discourses on ‘Development’ (publié en 2013 par Cambridge Scholars Publishing Ltd.) et Millennium Development Goals (MDGs) in Retrospect: Africa’s Development Beyond 2015 (publié en 2015 par Springer). Ses articles érudits évalués par les pairs ont été publiés, entre autres, dans des revues telles que World Development, Business and Society Review, Resources Policy, Africa Today, Third World Quarterly et International Journal. M. Andrews continue de s'intéresser au rôle du Canada dans la promotion du développement en Afrique. En mai 2016, il a organisé conjointement un atelier à l'Université Queen’s. Cet atelier, financé par le Conseil de recherches en sciences humaines, avait pour but d'examiner la responsabilité sociétale des entreprises, les cadres de gouvernance, le développement et le rôle que joue le Canada dans l'industrie extractive en Afrique. Une série de documents révisés au sujet de cet atelier devrait être publiée d'ici un an ou deux.

Expérience à titre de boursier Trudeau

Pour résumer mon expérience, ce n'est pas une exagération ni un cliché de dire qu'être boursier de la Fondation Trudeau a changé ma vie. Tout d'abord, lorsque je suis arrivé au Canada en tant qu'étudiant international, je n'aurais jamais pu rêver d'avoir accès à un programme de bourses aussi prestigieux ni à la richesse d'un réseau de gens de différents domaines dont leur travail reflète le carrefour entre l'ordre public, le milieu universitaire et l'objectif du changement social. En fait, l'une des parties attrayantes de mon expérience a été de bénéficier de l'esprit d'ouverture de la Fondation sur les sujets variés examinés par les étudiants canadiens et internationaux. Par ailleurs, la liberté intellectuelle et financière que procure la bourse a grandement façonné ma recherche doctorale, mes efforts et mes options de diffusion ainsi que mon cheminement de carrière, et j'en serai éternellement reconnaissant.