Nancy Turner

Professeure Nancy Turner est ethnobotaniste. Son expertise porte sur les domaines de la botanique, de la linguistique, de l’anthropologie et du droit.

La professeure Nancy Turner est une ethnobotaniste qui étudie la relation entre les peuples et les plantes. Elle travaille avec des botanistes des Premières Nations pour documenter l’éventail des connaissances, des pratiques et des croyances au sujet des plantes et de l’environnement. Son travail embrasse les domaines de la botanique, de la linguistique, de l’anthropologie et du droit. Les Premières Nations – et d’autres peuples ailleurs – comptent traditionnellement sur les plantes comme source de nourriture, de matériaux ou de produits médicinaux pour leur survie et leur bien-être. Cependant, les connaissances sur les plantes sont souvent menacées, tout comme certaines espèces végétales, par l’industrialisation croissante. Son projet de recherche à la Fondation Trudeau examine l’application de l’ethnobotanique et des connaissances connexes au cadre juridique lié à l’occupation des terres ancestrales ainsi qu’aux délibérations quant à l’exploitation des terres et des eaux sur les territoires des Premières Nations.

Projet Trudeau

Faire place aux connaissances et aux valeurs environnementales des Autochtones dans l’aménagement du territoire et la prise de décisions

Objectifs du projet

À l’aide de l’ethnobotanique (étude des relations entre les humains et les plantes) et l’ethnoécologie (étude des relations entre les humains et leur environnement), voir comment les connaissances et les valeurs des Premières Nations peuvent s’appliquer à l’élaboration de politiques, à la planification et à la prise de décision, dans le contexte de l’organisation juridique et de la gouvernance liées aux droits et titres fonciers des Autochtones en Colombie-Britannique et ailleurs. En savoir plus.

Nancy Turner a toujours été fascinée par les plantes. Ses études en ethnobotanique ont commencé très tôt dans sa vie. Elle a obtenu un doctorat en ethnobotanique de l’Université de la Colombie-Britannique (1974). En 1975, elle publiait son premier livre, Plant Foods of British Columbia First Peoples, suivi de plusieurs monographies et manuels d'ethnobotanique ou portant sur les plantes sauvages comestibles.

En 1991, elle a commencé une carrière universitaire en études environnementales à l’Université de Victoria. Elle travaille constamment à la documentation et à la promotion des connaissances botaniques autochtones traditionnelles, notamment pour ce qui est de leur usage alimentaire, matériel et médicinal, ainsi que la terminologie connexe. Elle est l’auteure de plusieurs livres et monographies, notamment Ancient Pathways, Ancestral Knowledge (2014), Plants of Haida Gwaii (2004), The Earth’s Blanket (2005) et Keeping it Living (sur la gestion traditionnelle des plantes sur la côte du Nord-Ouest) (2005). Elle a aussi écrit plus de 120 chapitres de livres et articles évalués par les pairs, sans compter de nombreuses publications destinées à des auditoires populaires ou scientifiques. Mme Turner est membre de l’Ordre du Canada et de l’Ordre de la Colombie-Britannique ainsi que Fellow de la Société linnéenne de Londres et de la Société royale du Canada. Son travail a été couronné de nombreux prix et diplômes honorifiques.