May Chazan

Boursiers
2006
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Professeure adjointe, Études sur le féminisme et le genre, Université Trent
Région:

May est professeure adjointe en études sur le féminisme et le genre à l'Université Trent ainsi que titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le féminisme et l'étude des genres.

May Chazan a obtenu un doctorat en géographie de l'Université Carleton à Ottawa  Sa thèse, intitulée Solidarité et survivance : examen de l'interface entre les efforts internationaux de solidarité et le quotidien des grands-mères dans la vallée de 1000 Hills en Afrique du Sud, examinait les stratégies complexes qu'emploient les femmes plus âgées pour faire face aux pressions de la pauvreté, de la violence et du VIH/sida dans les communautés sudafricaines. Elle a également étudié comment ces femmes s'inspirent du discours et des ressources provenant du Canada pour valider et alimenter leur démarche. La thèse soulignait les possibilités de mobilisation de ces femmes et montre la complexité des mouvements transnationaux, en documentant comment la Campagne canadienne de grands-mères à grands-mères (un réseau solidaire appuyé par la Fondation Stephen Lewis et regroupant près de 10 000 Canadiens et Canadiennes) a aidé des milliers de Sudafricains, tout en s'inspirant du point de vue des femmes sudafricaines pour remettre en question certains postulats centraux de la Campagne. May continue de s'intéresser activement au rôle des femmes plus âgées dans les mouvements mondiaux de justice. Elle estime que ces femmes apportent un regard critique qui permet de repenser la compréhension actuelle de la notion de citoyenneté et des luttes pour le changement social. Elle a reçu la bourse Trudeau (2006-2010) et la bourse de doctorat du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (2005-2009). Mme Chazan est coéditrice du livre Home and Native Land: Unsettling Multiculturalism in Canada (Between the Lines Press, 2011) et a publié les résultats de ses travaux dans des revues telles que Ageing and Society, Globalization and Health et African Journal of AIDS Research.

Expérience à titre de boursière Trudeau

Il va sans dire que le type de soutien que j'ai reçu grâce à la bourse de la Fondation Trudeau m'a permis de donner à mes recherches à l'étranger une profondeur, une complexité, un engagement et une conscientisation éthique qui auraient été impossibles autrement. J'ai utilisé l'indemnité annuelle de voyage pour faire trois séjours de recherche en Afrique du Sud, dont un séjour prolongé avec ma famille en 2008. Cela m'a permis d'approfondir les liens avec la communauté dans tous les aspects de mon travail, que ce soit pour développer la proposition, effectuer du travail sur le terrain ou rédiger un rapport qui a éventuellement permis à la communauté d'obtenir du soutien et du financement. La bourse m'a donc permis d'offrir un appui solidaire aux femmes sudafricaines qui doivent vivre avec le stress incommensurable lié au VIH/sida, à la violence et à la pauvreté. Plus encore que l'appui financier, la communauté Trudeau a été pour moi un lieu où je sentais que mon travail était valorisé, où je me sentais appuyée par le personnel de la Fondation, où j'ai été témoin de la rencontre de pensées, de passions et de valeurs, où j'étais constamment mise au défi et où j'ai établi des amitiés riches et durables. Je n'avais jamais fait partie d'une communauté qui réunit aussi habilement des gens de toutes les sphères (des boursiers travaillant dans divers domaines, des lauréats et des mentors provenant de milieux universitaires ou autres, des artistes, des défenseurs des causes sociales, des écrivains, des décideurs politiques et plusieurs autres) et qui parvient à stimuler de fructueux dialogues sur une vaste gamme d'enjeux. J'ai énormément profité de ces occasions de penser et de débattre sur des sujets hors de ma spécialité d'étude ou de ma discipline. Ma bourse à la Fondation a pris fin, mais j'apporte avec moi tout le soutien nécessaire pour m'épanouir comme boursière et penseur de la scène publique.