Mary Simon

Fervente militante en faveur des droits socio-économiques et humains des Inuits du Canada, elle met à la disposition de la communauté de la Fondation son expérience à la tête de groupes de revendications territoriales

Née à Kangiqsualujjuaq, au Nunavik, Mary Simon, OC, QC, est connue pour avoir défendu les droits sociaux, économiques et fondamentaux des Inuits du Canada aux plans régional, national et international. Au cours des quarante dernières années, elle a occupé des postes de haut dirigeant tels que présidente de la Société Makivik (l’organisation chargée des revendications territoriales pour les Inuits du Nunavik), présidente du Conseil circumpolaire des  inuits, ambassadrice du Canada pour les affaires circumpolaires et ambassadrice du Canada auprès du Royaume du Danemark. Elle a également dirigé les négociations du Canada au cours de la création du Conseil de l’Arctique des huit nations au milieu des années 1990 ; le Conseil inclut les peuples autochtones de la région circumpolaire à titre de participants permanents. Depuis six ans, Mme Simon est également la présidente d’Inuit Tapiriit Kanatami, une organisation représentant les Inuits du Canada.

Mme Simon est actuellement présidente du Comité national sur l’éducation des Inuits. Son mandat consiste notamment à mettre en place une stratégie nationale exhaustive visant à améliorer les normes d’éducation des Inuits et leurs réalisations.

Mary Simon est Officier de l’Ordre du Canada et elle a reçu le Gold Order du Groenland. Ses autres distinctions comprennent sept doctorats honorifiques décernés par les universités canadiennes et elle a occupé le poste de chancelière de l’Université Trent. En 2013, les Célèbres cinq ont reconnu Mary Simon comme l’une des trois grandes fondatrices du Nord canadien.

  • 5 Août 2016
    La mentore 2014 Mary Simon, leader inuite de renom, a été nommée représentante spéciale de la ministre des Affaires autochtones et du Nord Canada, Carolyn Bennett. À ce titre, Mme Simon fournira des conseils au gouvernement fédéral sur les dépenses pour l’Arctique. Elle prévoit consulter et inclure les communautés du Nord et les Premières Nations afin de s’assurer qu’elles aient leur mot à dire dans la conception et le déroulement des projets qui les touchent.