Martine August

Boursiers
2009
Programme d'étude:
Doctorat en aménagement
Affiliation actuelle:
Université de Toronto
Région:

Martine est préoccupée par la transformation du parc de logements sociaux et la disponibilité des logements abordables à Toronto.

Planification et projets : les implications sociales du réaménagement des logements sociaux

Le droit au logement à prix modérés fait partie des problèmes qui sont au centre des luttes pour les droits humains et la justice sociale au Canada. L’administration municipale de Toronto a projeté de démolir des logements sociaux au centre-ville et de les remplacer pour mettre en œuvre une certaine « mixité sociale ». Ce genre de projet menace les droits des populations marginalisées de la ville, favorise la gentrification et entraîne une éventuelle fermeture du parc de logements à prix modérés. La thèse de doctorat de Martine August se penche sur les implications sociales de cette approche et remet en question les principes qui la fondent.

À Winnipeg où elle a grandi, Martine August a passé sa jeunesse à s’émerveiller en observant les habitants et en étudiant l’architecture de la ville dont elle a exploré les moindres recoins à bicyclette ou à pied. Très vite, elle s’est posée des questions sur les contradictions de la vie urbaine et elle a entrepris des études d’abord en Études urbaines (à l’Université de Winnipeg) puis en Planification urbaine (elle a obtenu sa maîtrise à l’Université de Toronto), pour arriver à comprendre comment effectuer des changements sociaux et s’attaquer à l’injustice sociale en milieu urbain. Elle est convaincue que toute approche visant à réduire la pauvreté passe forcément par la question du logement. Pour elle ce problème représente un des éléments-clés des luttes pour la justice sociale dans les villes.

La thèse de doctorat de Martine August a pour sujet l’approche de réaménagement des logement sociaux fondée sur le principe de mixité sociale et développée au cours des vingt dernières années dans les pays occidentaux. Cette approche s’est développée récemment au Canada avec la démolition et le réaménagement des logements de trois communautés torontoises.  Bien qu’il soit très tentant de redistribuer les habitants des logements sociaux sur la base de la diversité des utilisations et de la mixité des revenus, Martine August soutient qu’on néglige souvent les inconvénients de cette approche dont les locataires font les frais. « Si l’on donnait la priorité aux impacts positifs pour les locataires, défend-elle, on choisirait sans doute une approche très différente concernant le parc des vieux logements sociaux en visant l’entretien et la rénovation plutôt que la démolition et la déconcentration de la pauvreté. »

Sa thèse sur la mixité sociale et la planification urbaine a été choisie comme meilleur mémoire de maîtrise par l’Association of Collegiate Schools in Planning qui représente toutes les écoles de planification urbaine accréditées en Amérique du Nord. Plus récemment, son travail sur l’histoire du modernisme dans la planification canadienne et l’architecture a reçu le Prix de l’essai du recteur de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Toronto.