Marie-Joie Brady

Boursiers
2005
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Gestionnaire principale de politiques, Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Affiliation actuelle:
Région:

Elle est gestionnaire principale de politiques pour Affaires autochtones et Développement du Nord Canada et a terminé son doctorat en science politique et études canadiennes à l’Université d’Ottawa.

La bourse Trudeau m’a permis de me consacrer entièrement à mon cheminement doctoral et faire rayonner mes travaux partout dans le monde. J’ai en effet eu la chance de prononcer des conférences aux quatre coins du monde, en plus de rencontrer des chercheurs formidables et des acteurs communautaires encore plus épatants. La bourse Trudeau m’a permis d’approfondir ma connaissance du Canada, de rendre concrets certains des concepts appris durant mes cours et de nourrir ces derniers de mon expérience et mon observation pratiques. Faire partie d’une communauté de penseurs aussi dynamique m’a également donné le goût de pousser plus loin mon engagement envers l’amélioration du sort de mes concitoyens et concitoyennes, et d’agir concrètement dans ma communauté. Le prestige associé à la bourse Trudeau m’a également ouvert des portes, tant dans le monde politique, que bureaucratique, associatif et universitaire, en me donnant une crédibilité que je n’aurais probablement pas pu acquérir autrement. Les gens que j’ai rencontrés durant mon passage à la Fondation, autant les boursiers, que les mentors et les lauréats, ont changé ma vie et je considère ceci comme le véritable impact de la Fondation.

Biographie

Marie-Joie Brady a terminé son doctorat en science politique et études canadiennes à l’Université d’Ottawa, où elle a travaillé sur la pensée politique de Gil Rémillard, André Burelle et Mary Ellen Turpel, trois acteurs importants qui ont travaillé à l’élaboration des accords constitutionnels de Meech et Charlottetown. Elle est originaire de Mont-Laurier, situé dans les Laurentides au Québec. Elle y est partie à l’âge de 16 ans pour un séjour d’un an en Angleterre, où elle a non seulement appris la langue de Shakespeare mais, de façon encore plus importante, a fait l’expérience formidable de l’amitié et de l’hospitalité interculturelle, des préoccupations au cœur de sa démarche de vie. Elle a ensuite entrepris un baccalauréat en science politique à l’Université d’Ottawa et ensuite une maîtrise en Theory, Culture and Politics à la Trent University de Peterborough. Elle a travaillé durant ce temps dans plusieurs ministères au gouvernement fédéral, où elle continue d’ailleurs son cheminement professionnel. Grande voyageuse, jardinière et activiste à ses heures, Marie-Joie s’intéresse également à la place du conflit dans la politique, aux relations interculturelles, aux débats sur les langues officielles, à la politique autochtone et à la pensée politique canadienne.