Lisa Szabo-Jones

Boursiers
2009
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Doctorat en études anglaises et cinématographiques
Affiliation actuelle:
Université de l’Alberta
Région:

Lisa étudie le rôle de la poésie canadienne pour cultiver l’attachement et l’attention à l’environnement.

Par le chemin côtier vers le monde entier : le nouveau (bio)régionalisme littéraire au Canada

Lisa Szabo-Jones est candidate au doctorat au Département d'études anglaises et cinématographiques de l'Université de l'Alberta, sous la supervision de la professeure Dianne Chisholm. Lisa termine sa thèse intitulée Par le chemin côtier vers le monde entier : le nouveau (bio)régionalisme littéraire au Canada. Lisa examine la poésie environnementale et de la nature canadienne ainsi que les ouvrages non romanesques créatifs, particulièrement les œuvres de Laurie Ricou, d'Harry Thurston, de Daphne Marlatt et de Margaret Atwood. Sa recherche remet en question l'hypothèse du biorégionalisme avec son orientation restrictive sur les connaissances des limites locales en matière de questions environnementales mondiales. En d'autres mots, le biorégionalisme n'exploite pas le plein potentiel de cultiver une littérature écologique mondiale. Elle accentue comment les écrits biorégionaux qui combinent une pensée écologique, philosophique et scientifique incorporent la nature humaine à celle non humaine. Elle démontre que ces représentations littéraires se manifestent en tant que processus et résultats localisés et mondialisés, interactifs et matériels (migrations, pollution, extraction des ressources et dégradation de l'habitat) qui s'interconstituent. Une littérature écologique mondiale émerge grâce à la capacité des récits biorégionaux de traduire la complexité de l'influence réciproque culturelle et matérielle au niveau mondial et local et ouvre la voie à la culture d'un environnement éthique et d'une pratique pédagogique.

Lisa est titulaire d'un baccalauréat (2004) et d'une maîtrise ès arts (2007) avec une spécialisation en anglais de l'Université de la Colombie-Britannique. Son mémoire de maîtrise, rédigé sous la supervision de la professeure Laurie Ricou, est intitulée Wildwood Notes: Music, Nature Writing, and Newspapers. Elle  examine les articles de J.W. Winson, chroniqueur sur la nature, dans les journaux de la Colombie-Britannique. Elle a présenté ses recherches universitaires au Canada, aux États-Unis et en Irlande lors de  conférences et à titre de conférencière invitée. Elle est la cofondatrice et la coéditrice de la publication semestrielle en ligne The Goose: A Journal of Arts, Literature, and Culture in Canada (fondée en 2005). En 2013 et 2014, elle publiera « Taking Flight: From Little Grey Birds to The Goose » dans l'ouvrage intitulé « Greening the Maple: Canadian Ecocriticism in Context » (University of Calgary Press) ; « Adventures in Habitat: An Urban Tale » dans la revue Canadian Literature: A Quarterly Criticism and Review (numéro 218) ; et un chapitre rédigé en collaboration avec David Brownstein intitulé « A Natural History and Dioramic Performance: Restoring Camosun Bog in Vancouver, British Columbia » dans l'ouvrage « Sustaining the West: Cultural Responses to Western Environments, Past and Present » (Wilfrid Laurier University Press), ainsi qu'une collection de livres rédigée conjointement avec Liza Piper. Elle a également été corédactrice invitée avec Travis V. Mason et Elzette SteenKamp dans le cadre d'un numéro spécial à paraître prochainement d'ARIEL: A Review of International English Literature, dont le titre est « Postcolonial Ecocriticisms among Settler-Colonial Nations ». Depuis 2005, Lisa a été une critique littéraire régulière pour la revue Canadian Literature: A Quarterly Criticism and Review. Elle a organisé conjointement des ateliers et des conférences interdisciplinaires, lesquels ont réuni des universitaires, des intervenants non universitaires, des artistes, des activistes, des conservateurs et des écrivains. En 2012, elle a notamment organisé conjointement avec Julia Christensen, Christopher Cox et Andrée Boisselle, boursiers de la Fondateur Trudeau, un atelier de trois jours à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, ayant pour thème « De la tête au cœur : le pouvoir du récit dans la construction du lien et le partage de la connaissance ». Sa recherche se concentre sur les sciences humaines environnementales mondiales et canadiennes, en mettant l'accent sur la poésie et les ouvrages non romanesques créatifs, la littérature écologique, le biorégionalisme, la phénoménologie et le néomatérialisme.

Expérience à titre de boursière Trudeau

Pour Lisa, boursière 2009 de la Fondation Pierre Elliott Trudeau, la bourse représente une façon de cultiver et de maintenir l'optimisme et le dévouement afin de bâtir un monde sain et équitable. Les occasions de collaboration entre les membres de la communauté de la Fondation Trudeau et les réseaux établis par le biais de la Fondation ont, non seulement permis d'ajouter des niveaux supplémentaires d'enquête au sein de sa recherche, mais aussi de renforcer sa conviction quant à la nécessité d'une collaboration interdisciplinaire et non partisane entre les universitaires, les non-chercheurs et les communautés élargies. La Fondation Trudeau a été exemplaire à cet égard, elle a rassemblé un amalgame dynamique d'horizons politiques et créé un forum afin de discuter et de débattre des questions importantes au Canada et ailleurs. Il s'agit du fondement même de la Fondation Trudeau. Le mentorat de Lisa en tant qu'intellectuelle publique a été entretenu par ce mélange éclectique et l'a aidée à tisser des liens avec des groupes diversifiés et à trouver un terrain d'entente sur lequel façonner et créer une pratique d'engagement éthique et respectueuse.