Jeremy Webber

Expert confirmé des grandes questions constitutionnelles, il s’est fait connaître pour sa profonde connaissance des droits autochtones, au Canada comme à l’étranger.

Dans ses travaux de recherche, Jeremy Webber étudie la structure constitutionnelle de la gouvernance démocratique et porte une attention particulière à la diversité culturelle, ses possibilités et ses défis.

Toute société se doit d’affirmer les principes et les règles qui servent à son gouvernement – d’établir les mécanismes permettant aux décideurs publics d’agir de façon légitime – tout en étant sans cesse confrontée aux désaccords qui entourent la définition même de ces principes. Dans les sociétés qui se caractérisent par la diversité, les désaccords s’enracinent dans différentes cultures du débat social et de la décision. S’engager dans ces différences n’est pas facile, mais c’est fondamental et passionnant. Cela nous oblige à revoir nos idées préconçues. Cela révèle certains aspects de nos vies qui autrement seraient restés dans l’ombre. Cela nous lance le défi de trouver d’autres façons de vivre ensemble, dans la paix et le respect, avec des gens qui sont différents de nous. Monsieur Webber a étudié ces questions dans le domaine des relations de travail, des rapports entre le Québec et le reste du Canada, des droits des autochtones au Canada et en Australie, des questions de l’identité nationale et des minorités culturelles en général et des problèmes de conception et d’interprétation de la constitution. Il a publié abondamment dans tous ces domaines.

Jeremy Webber a grandi en Colombie-Britannique. Il a obtenu des diplômes dans différentes universités : à l’Université de la Colombie-Britannique (baccalauréat en science politique) ; à l’Université McGill (BCL/LLB), et à la Osgoode Law School (LLM). Il a enseigné à l’Université McGill de 1987 à 1998 dans un département qui intègre deux grandes traditions juridiques (le droit civil et le common law) en permettant ainsi la rencontre entre les communautés linguistiques, culturelles et politiques du Canada. Il a été engagé comme doyen de la faculté de droit à l’Université de Sydney. Depuis longtemps, Monsieur Webber entretient des liens étroits avec l’Australie, sur le plan personnel comme sur le plan professionnel. Son séjour à Sydney lui a permis de s’intéresser à la théorie constitutionnelle dans un contexte nouveau et de contribuer, en tant que doyen, à une excellente faculté de droit. Depuis son retour en 2002, il occupe la Chaire de recherche du Canada en Droit et société à l’Université de Victoria, attiré par la qualité de cette faculté, par son engagement envers la justice sociale, envers les traditions juridiques et sociales des autochtones, par son désir de faire profiter la théorie juridique et politique de ces traditions. Il a été nommé doyen de la Faculté de droit en 2013.