Jay Batongbacal

Boursiers
2003
Programme d'étude:
Professeur adjoint, Faculté de droit, Université des Philippines
Région:

Professeur adjoint, Faculté de droit, Université des Philippines

En m'accordant une bourse, la Fondation Trudeau m'a fait un cadeau incroyable. Ce soutien financier généreux pour me permettre de suivre le cours de mes études supérieures dans un pays qui n'est pas le mien, est d'ailleurs un parmi bien d'autres cadeaux qui m'ont été faits. Cette bourse m'a donné une liberté extraordinaire car, pouvoir voyager dans de nombreux pays et sur plusieurs continents a indéniablement enrichi ma recherche intellectuelle en me permettant de faire des expériences et des observations sur le terrrain. Les réunions périodiques, les conférences et diverses activités m'ont donné l'occasion d'entrer en contact direct avec quelques-uns des penseurs canadiens les plus éminents du moment et des années à venir et de rencontrer un groupe tout à fait remarquable d'étudiants passionnés, de professeurs et de praticiens engagés dans certains problèmes sociaux parmi les plus pressants de notre époque. Je reste frappé de la profondeur de leur reflexion, de leur instrospection et des considérations philosophiques qui sont les leurs et j'admire la liberté, l'ouverture d'esprit, sincérité et l'honnêteté avec lesquelles ces discussions sont menées, peu importe le statut social ou les sensibilités politiques des uns et des autres. Ma participation à ce milieu de la fondation Trudeau a eu une influence considérable sur mes propres recherches et je lui dois bon nombre d'idées, allant de petites intuitions à certains cadres théoriques complets qui structurent ma thèse de doctorat. 

Non seulement travailler dans le cadre de la Fondation a facilité l'avancement de ma carrière, mais cela m'a également permis de grandir et de me développer sur le plan personnel. Dans la solitude qui règne généralement dans le monde des études de doctorat et de l 'écriture, la Fondation donne également un soutien moral qui, à ma connaissance, ne se trouve nulle part ailleurs dans les organismes qui distribuent des bourses. Malgré les milliers de kilomètres qui séparent souvent les membres de la Fondation, certains moments toujours trop courts de camaraderie ont créé des liens d'amitié inoubliables avec un certain nombre de gens extraorinaires que j'ai eu beaucoup de chance de rencontrer, que ce soit parmi les universitaires, les boursiers, les mentors, la direction et le personnel. 

L'ambiance chaleureuse de la Fondation, sa culture conviviale et sa prodigieuse richesse intellectuelle n'a fait que confirmer ma foi en une vie consacrée au service public. Travailler dans ce cadre m'a fait entrevoir les attentes et les possibilités de la « société juste » à laquelle aspire le Canada et faire mes recherches aux Philippines m'a démontré tout le chemin que nous avons encore à parcourir pour emprunter une telle voie. Bien que j'aie déjà passé une bonne part de ma carrière juridique dans mon pays dans des métiers et des postes qui visent à contribuer au bien public, mes expériences dans le cadre de la Fondation m'ont prouvé que je peux encore apporter mon aide de diverses façons et que l'on a encore bien besoin de moi. L'héritage de la Fondation Trudeau, pour ce qui me concerne personnellement, c'est, entre autres, un espoir renforcé et des aspirations nouvelles, une conception plus nette des objectifs à atteindre et la détermination à travailler en vue de construire une société de liberté et de justice. Il s'agit là d'une forme d'altruisme qui transporte les rêveurs et les idéalistes, mais qui se fonde sur les idées qui inspirent les intellectuels et les praticiens. 

La liberté, l'amitié, l'espoir et l'inspiration: ce sont là quelques-uns des cadeaux inestimables que la Fondation m'a offerts. C'est l'héritage extraordinaire que j'ai eu l'honneur et le privilège de recevoir et fort de celui-ci, je souhaite véritablement être capable de changer quelque chose du monde que nous vivons.