Jamie Snook

Boursiers
2017
Programme d'étude:
Santé autochtone
Affiliation actuelle:
Université de Guelph
Région:

Jamie Snook (santé autochtone, Université de Guelph) s’intéresse aux liens entre la santé publique et la gestion conjointe des ressources de la pêche et de la chasse dans les communautés inuites du Labrador.

Projet de recherche

La cogestion par les peuples autochtones et la santé publique : une étude de cas du territoire Nunatsiavut, au Labrador

Depuis des millénaires, les peuples autochtones du Canada maintiennent de solides relations interdépendantes avec les animaux, la flore et les écosystèmes. Ils ont compté sur l'environnement naturel pour combler leurs besoins en nourriture et en vêtements et puisé dans celle-ci pour établir leur culture, leur bien-être et leur gouvernance. Comprenant l'importance du maintien de liens solides avec la terre et les ressources ainsi que du soutien simultané envers un écosystème durable et sain, les Autochtones du Canada ont participé à la cogestion de l'environnement et des ressources naturelles dans leurs territoires et sur leurs terres ancestrales. Par exemple, la mise en œuvre de l'Accord sur les revendications territoriales des Inuit du Labrador en 2005 a permis la création de deux nouveaux conseils de cogestion : l'Office Torngat mixte des pêches et le Conseil de cogestion de la faune et de la flore de Torngat. Cette recherche vise à comprendre les façons qui relient les structures et les processus de cogestion à la santé. Elle examine les voies par lesquelles différentes structures et approches de gouvernance en cogestion peuvent avoir des incidences sur les résultats cliniques des personnes, des communautés, des populations et des écosystèmes. 

Jamie Snook est un dirigeant, politicien, chercheur et défenseur des droits communautaires. Son travail s'articule autour de l'environnement, de la gestion, de la gouvernance, de la santé et de la culture autochtone. Il est un Labradorimmiut (Inuit du Labrador), membre du conseil communautaire de NunatuKavut et fier Labradorien.

Il occupe actuellement le poste de directeur général du Secrétariat Torngat de la faune, de la flore et des pêches. Il s'agit d'un organisme de cogestion au financement tripartite qui découle de l'Accord sur les revendications territoriales des Inuit du Labrador. Dans le cadre de ses fonctions, Jamie Snook a fait directement l'expérience de la cogestion autochtone au Canada et a participé à des échanges interdisciplinaires et entre gouvernements en intégrant le savoir autochtone et des connaissances scientifiques occidentales dans la prise de décision. Il a représenté le Secrétariat Torngat lors de plusieurs forums nationaux et internationaux, y compris l'Organisation pour la conservation du saumon de l'Atlantique Nord, l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord‑Ouest et la Convention on International Trade in Endangered Species of Wildlife, Fauna, and Flora.

En 2013, poussé par son désir de servir sa communauté, Jamie Snook est devenu maire de la ville de Happy Valley‑Goose Bay, dans la province de Terre‑Neuve‑et‑Labrador. Il a remporté l'élection avec 69 % des voix et un taux de participation électorale inégalée de 60 %. Depuis son élection, il est devenu un interlocuteur déterminé et progressiste qui fait la promotion du mieux‑être communautaire, des multinationales, des cultures autochtones et du Labrador et qui incite à l'engagement envers la nature, la représentation municipale et la réconciliation.

Il a uni sa passion de servir la communauté et ses efforts axés sur la santé communautaire afin de fonder et de devenir le premier président du club de course à pied Trappers’ Running Club. Cette initiative communautaire continue d'avoir d'importantes incidences positives sur la santé de la population dans la région. Jamie Snook continue de promouvoir l'activité physique à l'extérieur pour le mieux‑être de la communauté. Son leadership et ses aptitudes de communicateur lui ont valu de nombreux prix. Il a notamment été sélectionné à La Conférence canadienne du Gouverneur général sur le leadership (2008), été lauréat du prix Bénévole de l'année (2008) et du prix Cadre de l'année (2010). Il a également reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II en 2013 en reconnaissance de son leadership et de sa défense des intérêts de la communauté. Il est titulaire d'un diplôme en administration des affaires, d'un titre professionnel de l'Institut canadien de gestion, d'une maîtrise en analyse et gestion des conflits ethnopolitiques. En 2016, il a commencé un doctorat en santé publique à la Faculté de médecine des populations de l'Université de Guelph, motivé par son engagement dans la prise de décision fondée sur des données probantes et appuyant les connaissances pour la mise en œuvre de mesures et de changements positifs.