Gerald Bareebe

Boursiers
2013
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Doctorat en science politique
Affiliation actuelle:
Université de Toronto
Région:

Le rôle des militaires dans la consolidation d'un État, la légitimation d'un régime et la construction d'une nation en Ouganda et au Rwanda. 

Le rôle des militaires dans la consolidation d'un État, la légitimation d'un régime et la construction d'une nation en Ouganda et au Rwanda

Cette étude examine le rôle des militaires dans la reconstruction politique d'un État « failli » antérieurement. L'étude analyse plus particulièrement le rôle crucial des militaires dans la consolidation de l'État, la construction d'une nation et la légitimation d'un régime au cours de la période suivant le génocide au Rwanda et après le renversement de l'ancien dirigeant Idi Amin en Ouganda. La défaillance de l'État au Rwanda en 1994 et en Ouganda dans les années 80 a été liée à l'effondrement de l'ordre politique, lequel a entraîné d'horribles conflits violents et le génocide au Rwanda. Dans les deux pays, la défaillance de l'État a entraîné divers mouvements de guérilla qui ont joué des coudes afin d'établir un monopole de la violence. Les troupes gouvernementales ont lutté contre des insurrections armées, ce qui a entraîné diverses agitations civiles, mécontentements communs et dissensions internes. Dans ce processus, l'État lui-même a été déchiré par les conflits, est devenu précaire et âprement contesté, incapable de fournir à ses citoyens un niveau minimal de biens politiques tels que la loi, l'ordre, la sécurité et la justice. L'État n'a pas été davantage en mesure (ou, dans certains cas, disposé) à arrêter les militaires de commettre de nombreuses violations des droits de l'homme contre des citoyens. Lorsque Paul Kagame et Yoweri Museveni, anciens chefs de la guérilla, ont finalement pris le contrôle de l'État et la direction nationale en tant que président de leur pays respectif, ils ont inévitablement dû faire face à deux importants défis : comment domestiquer la violence et établir une nouvelle forme d'autorité légitime. Cette étude examine comment les régimes de M. Museveni et de M. Kagame ont utilisé les forces militaires dans la reconstruction politique de ces États déjà « faillis ». Les deux dirigeants l'ont fait de façon étonnamment différente. Cette étude tient compte également des résultats survenus à la suite de leur stratégie distincte de construction d'un État post-conflit.

Gerald Bareebe a été boursier de la Fondation Pierre Elliott Trudeau de 2013 à 2017 et candidat au doctorat au département de science politique de l’Université de Toronto. Avant d’entamer ses études de doctorat, Gerald était journaliste politique national au Daily Monitor, soit le plus important et le plus influent journal indépendant de l’Ouganda. Il est titulaire d’un baccalauréat en journalisme et en communication et d’une maîtrise en relations internationales de l’Université Makerere ainsi que d’une maîtrise spécialisée en gouvernance et développement de l’Université d’Antwerp, en Belgique. Sa recherche de doctorat est axée sur la convergence entre les intérêts militaires et ceux de l’élite en matière de reconstruction de l’État à la suite d’un conflit, de la consolidation du régime et de l’édification d’une nation en Ouganda et au Rwanda.

Expérience à titre de boursier Trudeau

J’étudie au Canada à titre d’étudiant international. La bourse de la Fondation Pierre Elliott Trudeau m’a permis d’alléger mon fardeau financier et de me concentrer davantage sur mes études. Mais, par-dessus tout, faire partie de la famille de la Fondation est une expérience qui a transformé ma vie. J’ai eu la chance de socialiser avec de nombreux boursiers, mentors et intellectuels des plus talentueux. J’ai partagé avec eux mes connaissances et idées au sujet des enjeux de politiques publiques les plus cruciaux auxquels doit faire face l'Afrique subsaharienne. Je crois fermement que mes occasions de contributions futures et de leadership se sont accrues grâce à ma participation aux activités de la Fondation. La bonté et la générosité dont font preuve les membres de la Fondation m’ont motivé à aider les autres et à redonner à la communauté. J’espère un jour pouvoir aider d’autres étudiants à réaliser leurs aspirations scolaires comme les membres de la Fondation l’ont fait pour moi. Merci pour votre soutien!