Georgette Gagnon

Mentors
2016
Boursiers:
Région:

L’avocate et défenseur des droits de la personne Georgette Gagnon a mis au point des initiatives stratégiques internationales pour les droits de la personne, la primauté du droit et les affaires politiques, dans des pays en situation de conflit et post-conflit.

Georgette Gagnon est une avocate et défenseuse des droits de la personne qui possède une vaste expérience internationale dans la mise en œuvre de programmes novateurs et d’initiatives originales pour l’avancement des droits de la personne et de la primauté du droit dans des situations concrètes.

Depuis vingt ans, Mme Gagnon conçoit et met en œuvre des initiatives stratégiques pour les droits de la personne, la primauté du droit et les affaires politiques. Elle a dirigé de grandes équipes diversifiées pour mener à bien des projets de recherche, d’analyse ou de production de rapports, pour formuler des recommandations d’ordre politique et pour effectuer un changement des politiques et pratiques dans les pays en situation de conflit ou d’après-conflit. Elle a acquis une vaste expérience en défense des droits et en relations avec les gouvernements, les corps militaires, les groupes d’opposition armés, la société civile et les médias. Elle a occupé plusieurs postes de cadre dans des institutions multilatérales, des organismes gouvernementaux et des organisations non gouvernementales.

Plus récemment, Mme Gagnon a été directrice des droits de la personne pour la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan ainsi que représentante du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, à Kaboul (Afghanistan), de 2010 à 2015. À ce titre, elle a agi comme chef de file pour les efforts de la communauté internationale auprès du gouvernement et de la population afghane afin de protéger les civils du conflit armé, de réduire les pertes civiles, d’éliminer la violence faite aux femmes et aux filles et de favoriser la réforme des institutions et de la pratique dans le but de mettre fin aux tortures et aux détentions arbitraires. Elle a aussi participé à la mise en place d’une initiative de paix et de réconciliation nationale et inclusive dirigée par la société civile afghane (Afghan People’s Dialogue on Peace). En 2012, Mme Gagnon était directrice des droits de la personne pour la Mission de supervision des Nations Unies en Syrie, à Damas, où elle était conseillère principale en matière de droits de la personne auprès de l’Envoyé spécial conjoint de l’ONU et de la Ligue arabe pour la crise syrienne, M. Kofi Annan.

De 2004 à 2010, Mme Gagnon a travaillé pour l’organisme Human Rights Watch à titre de directrice exécutive de la division de l’Afrique. De 2001 à 2003, elle a été directrice des droits de la personne pour la mission de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en Bosnie-Herzégovine, à Sarajevo. Mme Gagnon a travaillé comme experte juridique sur les questions des droits de la personne et de la primauté du droit au nom du gouvernement canadien pour des projets en Chine, en Inde et au Soudan ainsi qu’au nom du gouvernement des États-Unis au Soudan. De plus, elle a agi comme spécialiste des droits de la personne pour des missions onusiennes en Bosnie, en Herzégovine et au Rwanda.

Avant de commencer sa carrière internationale, Mme Gagnon s’occupait de contentieux des affaires civiles et de contentieux criminel pour le cabinet McCarthy Tétrault à Toronto, au Canada. Elle possède une maîtrise en droit (spécialisée en protection internationale des droits de la personne) de l’Université de l’Essex, au Royaume-Uni, et un baccalauréat en droit de l’École de droit Osgoode Hall de l’Université York, à Toronto.

Mme Gagnon a été nommée mentore Trudeau par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en 2016.