Emily White

Boursiers
2013
Mentor(s): 
Programme d'étude:
JSD legal theory and human rights
Affiliation actuelle:
New York University
Région:

Traditionally, courts have hesitated to give emotions a place in judicial decisions. Emily White is looking into a way to use emotions in the service of human rights and dignity.

Emily White (théorie juridique et droits de la personne, École de droit de l’Université de New York) analyse le rôle des émotions dans le raisonnement judiciaire derrière les revendications liées aux questions de dignité et de droits. Son travail embrasse le droit constitutionnel, les droits de la personne, le droit de la preuve, le droit international, le droit comparé, la théorie juridique et la relation entre le droit et l’émotion.

Projet de recherche

Situer l'indignité : une étude sur le rôle des émotions dans la décision de la dignité humaine

La recherche d’Emily examine le rôle des émotions comme la pitié, l’empathie et le dégoût dans des cas qui invoquent le concept juridique de la dignité humaine. La dignité humaine occupe une place centrale dans les droits de l’homme internationaux et le droit constitutionnel national. La Déclaration universelle des droits de l’homme positionne le concept au fondement de son régime de droits, tout comme le font les conventions internationales et bon nombre de constitutions nationales. Dans des pays comme le Canada, où le concept n’est pas explicitement adopté au sein du cadre constitutionnel, il est de plus en plus considéré comme implicite dans les droits existants. Pourtant, des fondements théoriques existants sur la dignité humaine ne considèrent pas le rôle important des émotions au sein des compréhensions judiciaires de sa violation. La thèse d’Emily aborde cette lacune en examinant comment le concept aide les revendicateurs de droits à exposer l'injustice d’un cadre législatif ou d’une loi du gouvernement par l’admission d’éléments de preuve détaillant la souffrance et la dégradation. La recherche d’Emily vise à enrichir notre compréhension du concept de la dignité humaine ainsi que du rôle des émotions dans le raisonnement juridique.

Emily White est candidate au doctorat à la New York University School of Law. Son projet de doctorat en théorie juridique, lequel est supervisé par le professeur Jeremy Waldron, se fonde sur la philosophie de l’émotion afin d’examiner le concept juridique de la dignité humaine. Emily se spécialise en théorie juridique, en droit constitutionnel et en droit international en matière de droits de la personne. Après avoir terminé son doctorat, Emily prévoit poursuivre une carrière universitaire en droit.

Emily est originaire de Toronto. Elle a obtenu son baccalauréat en politique et philosophie avec mention très honorable à l’Université Queen’s. Emily a fait partie de l'équipe universitaire de rugby de Queen’s, remportant le prix de leadership de l’équipe durant quatre années consécutives. C’est à cette même université que le professeur Stephen Leighton a fait découvrir à Emily l’ouvrage Poétique et rhétorique d’Aristote, lequel sert aujourd'hui de référence dans le cadre de sa recherche. Emily a travaillé comme stagiaire en élaboration de politiques au ministère de la Sûreté et de la Sécurité publique de l'Ontario pendant trois étés; ce travail a renforcé son engagement dans l’étude du droit. À la Queen’s Law School, Emily a occupé un poste de commissaire à l'équité, a participé au concours de plaidoirie Wilson et a passé un été à étudier le droit international public en Angleterre. Emily a obtenu son diplôme de la Queen’s Law School et figure sur le tableau d'honneur du doyen. Elle a été récipiendaire du prix C. Thomas Asplund Memorial Award en éthique juridique et du prix Denis Marshall Community Contribution Award.

Emily a passé deux années enrichissantes à travailler au sein du groupe de litige du cabinet McMillan LLP avant de commencer le programme de maîtrise en droit, études de droit international, à la New York University School of Law. Emily a particulièrement apprécié retourner sur les bancs d’école, de suivre des cours en justice de transition, en gouvernance mondiale, en droits de la personne et droit humanitaire et en philosophie juridique. Dans chaque matière, elle s'est posée les mêmes questions quant aux écarts persistents dans la théorie juridique et la pratique liées aux émotions. Après avoir terminé sa maîtrise, Emily a reçu le prix Jerome Lipper Prize pour s’être distinguée dans le programme ainsi qu'une bourse de recherche de deux ans sous la supervision du professeur Joseph Weiler au Jean Monnet Center for Regional and International Economic Law and Justice, situé à New York. Au cours de cette période, Emily a été corédactrice de l’European Journal of International Law et auxiliaire d’enseignement pour l’Institute for International Law and Justice Colloquium.

La recherche doctorale d’Emily vise à examiner le potentiel critique et productif des émotions comme le dégoût, l’humiliation, la pitié et l’empathie au sein des droits de l'homme internationaux et du droit constitutionnel.