Dyane Adam

Elle est une ancienne commissaire aux langues officielles et agit en tant que consultante auprès de ministères fédéraux et provinciaux ainsi que d'universités canadiennes.

Dyane Adam est nommée commissaire aux langues officielles du Canada en 1999, poste qu’elle occupe jusqu’en 2006. Elle agit actuellement comme consultante auprès de ministères fédéraux et provinciaux ainsi que d’universités canadiennes. Dyane Adam détient une maîtrise et un doctorat en psychologie clinique de l’Université d’Ottawa. Sa carrière l’a amenée à travailler au Québec et en Ontario où elle a jumelé la pratique privée en psychologie clinique à l’enseignement et à la recherche universitaires. Au cours de cette période, elle a notamment occupé le poste de vice-rectrice adjointe en enseignement et services en français à l’Université laurentienne pour ensuite devenir principale du Collège Glendon de l’Université York à Toronto en 1994. Au cours des années, Dyane Adam a œuvré en faveur de la reconnaissance des droits de la minorité linguistique francophone, de la condition féminine, de la santé et de l’éducation. Son engagement a inspiré la réalisation de nombreuses initiatives et l’a conduite à jouer un rôle important au sein de plusieurs organismes nationaux et internationaux, dont la Société canadienne pour l’étude de l’enseignement supérieur, le Regroupement des universités de la Francophonie hors Québec, l’Agence universitaire de la Francophonie et l’Association des Ombudsmans et médiateurs de la Francophonie. Elle a été la première présidente du Forum canadien des ombudsman, de 2001 à 2005.

Auteure de publications professionnelles et scientifiques, elle a participé à de nombreux colloques à l’échelle nationale et internationale, s’est exprimée devant des comités parlementaires et des tribunaux, a produit des recherches variées, et a prononcé maintes allocutions pour sensibiliser la population et les autorités aux enjeux actuels de la dualité linguistique et faire du respect des langues officielles une priorité canadienne. Ses interventions touchent ainsi un large éventail de domaines ayant un impact sur le quotidien des Canadiens et des Canadiennes, dont l’éducation, la santé, l’immigration, la langue de travail, le développement communautaire, la justice, la culture, la recherche et les nouvelles technologies.

Pour l’ensemble de ses réalisations, elle s’est vu décerner des doctorats honorifiques de l’Université McGill, l’Université d’Ottawa, l’Université de Moncton, l’Université Saint-Paul, l’Université laurentienne et du Collège Boréal. Elle a entre autres été nommée Membre de l'Ordre du Canada, Chevalier de l’Ordre de la Pléiade de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques de la République française.