Denise Chong

Entre écriture et politique publique, Denise Chong a ouvert la voie à une fonction publique plus inclusive avant de conscientiser le Canada à travers ses œuvres biographiques acclamées par la critique.

Denise Chong, Canadienne de troisième génération de descendance chinoise, a grandi à Prince George. Elle a obtenu un baccalauréat en science économique à l’Université de la Colombie-Britannique (1975) et une maîtrise en science économique et politique publique à l’Université de Toronto (1978).

Dans son travail, Mme Chong s’intéresse à deux univers : l’écriture et la politique publique. Après l’obtention de son diplôme à l’Université de la Colombie-Britannique, Mme Chong s’installe à Ottawa, où elle entreprend une carrière dans la fonction publique au ministère des Finances (1975-1980). De là, elle progresse jusqu’au Cabinet du premier ministre (CPM) à titre de conseillère spéciale sur la Colombie-Britannique. En 1981, elle devient conseillère économique principale au CPM et travaille étroitement avec le premier ministre Pierre Trudeau. Dans le monde d’hommes caucasiens d’Ottawa, Mme Chong, une brillante jeune femme d’origine chinoise, se distingue et ouvre la voie à une fonction publique plus inclusive. Mme Chong quitte la fonction publique à la fin de l’ère Trudeau et devient écrivaine professionnelle.

Souvent, ses lecteurs lui demandent comment une économiste de formation peut réussir dans le milieu littéraire. Elle répond que son expérience du monde du travail inspire et éclaire les questions qu’elle souhaite approfondir dans l’écriture. Son livre le plus connu, The Concubine’s Children (1994), relate l’histoire des membres de sa famille forcés de rester en Chine et de vivre l’occupation japonaise, la guerre civile, l’arrivée du communisme, la réforme agraire et la révolution culturelle. The Concubine’s Children a remporté de nombreux prix, dont le prix Edna-Staebler de littérature créative non romanesque et le prix littéraire de la Ville de Vancouver. Traduit en plusieurs langues, ce livre a touché bien des lecteurs au-delà du monde chinois-canadien.

Le deuxième des plus importants livres de Mme Chong, La fille de la photo (2000), est la biographie de Kim Phuc, une jeune Vietnamienne qui a été gravement brûlée dans une attaque au napalm, en 1972. La photographie iconique de la fille nue courant sur une route a intensifié le mouvement contre la Guerre du Viet Nam aux États-Unis. Le livre de Mme Chong retrace la vie de Kim Phuc depuis son enfance jusqu’à son terrible traumatisme, son long rétablissement et, finalement, son déménagement au Canada. La fille de la photo et The Concubine’s Children ont été en lice pour les prix littéraires du Gouverneur Général de littérature non romanesque.

Mme Chong demeure active dans la vie publique. Elle siège à de nombreux conseils, dont le Groupe de travail sur les minorités visibles dans la fonction publique fédérale, le Comité consultatif national sur la culture en ligne et l’Institut d’études canadiennes de McGill. Mme Chong a reçu un doctorat honorifique de l’Université du nord de la Colombie-Britannique. En 2013, Mme Chong est nommée Officier de l’Ordre du Canada pour l’écriture de « livres qui rehaussent notre conscience sociale ». Elle s’efforce de partager son savoir-faire – sa règle est de toujours dire « oui » aux étudiants. Elle donne des ateliers d’écriture et fait des présentations pour les écoliers de la première à la douzième année. En 2017-2018, elle est l’écrivaine canadienne en résidence à l’Université de Calgary.