David Mendelsohn

Boursiers
2004
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Doctorat en études islamiques, Université McGill
Affiliation actuelle:
Directeur, Département académique, Institut Givat Haviva
Région:

David vise à déterminer le rôle joué par les facteurs sociolinguistiques lorsque des Palestiniens et des Israéliens discourent ensemble

Deux cultures : un territoire

Le facteur sociolinguistique est un impératif important qui est rarement considéré dans les tentatives de paix entre les Palestiniens et les Israéliens. Les divergences culturelles entre les Israéliens et les Palestiniens ont engendré des malentendus à la table de négociation à cause de la façon dont les sentiments sont exprimés. Une recherche sur les racines culturelles, avec, en toile de fond, l'expression des sentiments, aidera les deux parties à comprendre quand un sentiment exprimé, qui est culturellement teinté, ne devrait pas être pris pour un désir de contrecarrer les efforts de paix ou de créer une impasse.

Ce fut pour moi une expérience très enrichissante que d'être en contact avec mes camarades boursiers à l'occasion des colloques et des instituts d'été. C'est peut-être cette possibilité d'apprendre de nos recherches respectives et de nos expériences de vie qui est le résultat le plus positif de mon passage à la Fondation. En tant que boursier Trudeau j'ai eu la chance de trouver des affinités avec des chercheurs dans des disciplines qui au premier abord n'ont rien à voir avec la mienne. J'ai donc pu discuter, entre autres, de l'importance de la mondialisation pour le langage et l'alimentation avec l'un ; de la relation entre genre, linguistique et architecture, avec un autre, et de l'intérêt de la théorie féministe par rapport à la langue avec un troisième. La séparation entre les disciplines constitue à mon avis l'une des faiblesses majeures qui paralyse l'université aujourd'hui. Parmi les mérites de la Fondation, il y a celui d'avoir prouvé que tous ces matériaux en apparence si disparates sont en fait constitutifs d'une même étoffe.

Mon mentor, Stéphanie Nolen m'a énormément aidé par ses encouragements et son désir d'explorer et de créer une véritable relation élève/mentor. Cela a débouché dans notre cas sur une amitié honnête et sans détours où les idées s'élaboraient et s'échangeaient à un rythme soutenu. Stéphanie a eu la gentillesse de me mettre en relation avec ses contacts et ses amis en Israël, en Palestine, en Éthiopie et en Afrique du Sud. Ces contacts m'ont permis de comprendre les conflits culturels et les façons possibles de les résoudre à l'échelle du monde.

J'ai vraiment beaucoup apprécié mon expérience de boursier à la Fondation Trudeau et je garderai toujours précieusement les souvenirs et les amitiés que ces quelques années m'ont laissés. Je vais ajouter une requête à mon éloge de la Fondation et c'est de ne jamais dévier de la formule actuelle, de cette confiance et de cette souplesse dont bénéficient les boursiers. C'est ce que nous avons tous apprécié par-dessus tout et c'est la qualité qui permet au Programme de bourses Trudeau de se démarquer de tous les autres.