Constance Backhouse

Elle reconnue dans les domaines de la recherche féministe, de la discrimination fondée sur le sexe et de l’histoire juridique des sexes et des races au Canada.

Constance Backhouse est professeure éminente et titulaire d’une Chaire de recherche à la ?Faculté de droit de l’Université d’Ottawa. Mme Backhouse a acquis une réputation ?internationale par ses recherches et ses publications féministes ayant pour objet la ?discrimination sexuelle et l’histoire judiciaire des questions hommes-femmes et raciales ?au Canada. Elle brosse dans ses ouvrages et articles les plus récents, comme par exemple dans Carnal Crimes: Sexual Assault Law in Canada, 1900-1975, le profil des ?moyens fascinants employés par les groupes de femmes ou raciaux dans leur lutte pour ?obtenir justice au sein de l’appareil judiciaire.?

Madame Backhouse est diplômée de l’Université du Manitoba, de l’École de droit Osgoode Hall et de ?l’Université Harvard. Elle est membre de la Société royale du Canada depuis 2004. ?De plus, elle est récipiendaire d’un grand nombre de prix et distinctions : un grade de ?doctorat honorifique (2002) et la médaille (1998) du Barreau du Haut-Canada; la bourse ?Bora Laskin (1999); le prix Joseph Brant (2002), pour souligner sa contribution à ?l’histoire du multiculturalisme; le prix Willard Hurst (1992), pour souligner sa ?contribution à l’histoire juridique; le prix Gustavus Myers (1993), pour ses ouvrages sur ?les droits de la personne; le prix de la Fondation Trudeau (2006); ainsi que des prix de ?recherche et d’enseignement à l’Université d’Ottawa. Qui plus est, on lui a également ?décerné en 1981 la médaille Augusta Stowe-Gullen pour souligner son militantisme.? Ayant reçu le prix Trudeau en 2006, elle reçoit le prix Killam en 2008 tout comme sa nomination à l'Ordre du Canada la même année.

Du reste, Mme Backhouse joue le rôle d’arbitre dans les demandes d’indemnisation ?relatives aux agressions physiques, sexuelles et psychologiques subies par les anciennes ?détenues du centre d’éducation surveillé Grandview pour filles (de 1995 à 1998). En ?outre, elle continue d’arbitrer les demandes d’indemnisation des anciens élèves de ?pensionnats autochtones partout au Canada. Mme Backhouse a également joué les rôles de ?témoin-expert et de conseillère dans divers aspects ayant trait aux agressions sexuelles et ?à la violence contre les femmes et les enfants. Enfin, elle est membre du conseil ?d’administration du Fonds Claire L’Heureux-Dubé pour la justice sociale et de la ?Women’s Education and Research Foundation of Ontario.?