Cherry Smiley

Boursiers
2016
Programme d'étude:
Communications
Affiliation actuelle:
Concordia University
Région:

Cherry Smiley (communication, Université Concordia). Les recherches de Cherry visent à enrayer la violence sexualisée dont sont victimes nombre de filles et femmes autochtones au Canada.

Projet de recherche

Les corps non cédés : les racines historiques, les causes contemporaines et les solutions complètes pour mettre un terme à la violence masculine envers les filles et les femmes autochtones

Selon Melissa Farley, Jacqueline Lynne and Ann J. Cotton, les filles et les femmes autochtones ont été les « premières femmes prostituées au Canada »; elles ont été exploitées sexuellement en tant qu'« épouses du pays » et par le biais de maisons de prostitution situées près des premiers forts et des bases militaires. Aujourd'hui, un taux disproportionné de filles et de femmes autochtones continuent d'être victimes de violence faite par les hommes. Fondée sur la théorie féministe autochtone, sa recherche positionne l'exploitation sexuelle des filles et des femmes autochtones comme l'élément principal afin de comprendre les expressions contemporaines et historiques du colonialisme et leur incidence sur les filles et les femmes autochtones. Cette recherche engagée au sein de la communauté autochtone et féministe examine les liens entre les diverses formes de violence perpétrée à l'encontre des filles et des femmes autochtones ainsi que les contextes historiques et contemporains de cette violence. Elle vise également à trouver des solutions communautaires afin d'influer sur les politiques locales et nationales à l'égard de cette crise des droits de la personne.

Cherry Smiley, issue des nations Nlaka'pamux (Thompson) et Diné (Navajo), est une chercheuse, militante féministe et artiste qui travaille à mettre fin à la violence masculine perpétrée à l'encontre des filles et des femmes, notamment la violence masculine à caractère sexuel envers les filles et les femmes autochtones.

Sa recherche, son activisme et ses œuvres se croisent et se chevauchent. Son travail s'appuie sur la théorie féministe autochtone, la mise en récit et la pratique créative. Mme Smiley a occupé le rôle de travailleuse de première ligne contre la violence dans un centre d'aide aux victimes de viol et dans un foyer de transition pour les femmes battues et leurs enfants. Elle a aidé à la coordination d'un groupe contre la violence auprès de jeunes femmes autochtones et a été chef de projet en matière de prévention de la violence et de la sécurité auprès d'un organisme national de femmes autochtones. Cofondatrice de l'Indigenous Women Against the Sex Industry (IWASI), elle a eu l'honneur d'être invitée à prendre la parole lors de conférences, d'événements et de rassemblements dans des villes telles que Prince Rupert, en C.‑B., Toronto, New York, Londres, en Angleterre, et Tromsø, en Norvège. Son travail d'émancipation de la femme lui a valu de nombreux prix, y compris le Prix du Gouverneur général en commémoration de l'affaire « personne » (jeunesse) en 2013 et, l'année suivante, le prix Simon Fraser University Ted and Nora Sterling Prize in Support of Controversy. C'est également en 2014 qu'elle obtient son diplôme de maîtrise des beaux-arts de l'Université Simon Fraser en présentant son installation de photos et de textes intitulée Revolution Songs: stories of prostitution. Mme Smiley a également exposé ses œuvres, entre autres, à Vancouver et à Kamloops en C.-B. ainsi qu'à Londres, en Angleterre. Elle poursuit actuellement ses études de doctorat en communication à l'Université Concordia, à Montréal, au Québec. Sa recherche vise à mettre fin à la violence masculine à caractère sexuel envers les filles et les femmes autochtones.

Sa recherche, son activisme et ses œuvres sont inspirés de sa propre expérience et de celles d'autrui sur la violence masculine ainsi que sur la résilience dont elle a fait preuve et a été le témoin direct. Elle s'inspire au quotidien des gestes de résistance et de l'amour des membres de sa famille et du courage de ses ancêtres. Chaque jour, elle est reconnaissante du soutien qu'elle reçoit de son conjoint, de sa famille et de ses amies et qui lui permet de mener à bien ce travail.

  • 5 Mai 2017
    Plusieurs membres de notre communauté participeront aux deux rendez-vous annuels incontournables dans l’agenda des universitaires canadiens : le 85e congrès de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS), qui se déroulera du 8 au 12 mai à l’Université McGill à Montréal sur le thème « Vers de nouveaux sommets », ainsi que le 86e Congrès des sciences humaines qui aura lieu à l’Université Ryerson à Toronto du 27 mai au 2 juin sur le thème « 150 Vers l’avenir».
  • 5 Juillet 2016