Catherine Dauvergne

Lauréats
2012
Affiliation actuelle:
Université de la Colombie-Britannique

Référence canadienne en droit des réfugiés et de l’immigration, elle cherche à transformer le traitement réservé aux réfugiés par le Canada et les autres pays à la lumière de la justice internationale.

La lauréate Trudeau 2012 Catherine Dauvergne a travaillé pendant plus de vingt ans dans le domaine du droit de l’immigration et de la protection des réfugiés au Canada et ailleurs dans le monde. Ses travaux visent à améliorer la protection des droits de la personne et à développer une meilleure compréhension de la réglementation en matière de migration à l’échelle mondiale.

Projet(s) de recherche

Comment vous décririez-vous?

Je suis une spécialiste du droit qui s’intéresse au droit de l’immigration et des réfugiés ainsi qu’à la théorie du droit. Je suis à la fois analyste de la vision d’ensemble et avocate expérimentée.

Quel est l’impact de votre travail sur la scène publique? Comment affecte-t-il la vie des Canadiens et des Canadiennes?

Mon travail touche principalement aux politiques et au droit de l’immigration et des réfugiés au Canada et ailleurs. Je travaille aussi bénévolement dans le secteur du droit des réfugiés auprès de personnes et d’organismes. Il y a actuellement, partout dans le monde, d’importants changements dans la réglementation de la migration. Mes travaux aident à mieux comprendre ces changements et à étudier la question des migrations du point de vue de la justice mondiale. Mon travail touche la vie des Canadiens et des Canadiennes tant par sa contribution au discours politique que par le soutien qu’il offre aux individus.

Présentez-nous en deux mots une de vos découvertes les plus intéressantes.

Il est très difficile de répondre à cette question parce que je ne travaille pas dans un domaine propice aux découvertes. Il est peut-être juste de dire que mon travail trouve sa source dans le fait que les théories du droit n’offrent pas de réponses aux questions fondamentales des sociétés libérales sur l’immigration.

Comment le prix Trudeau vous aidera-t-il à poursuivre votre travail?

Le prix Trudeau m’aidera à la rédaction de mon prochain livre sur l’état actuel de la réglementation en matière d’immigration, dont le titre provisoire est « Fin des sociétés coloniales et nouvelle politique d’immigration. » Le prix me permettra aussi de présenter mes idées à un auditoire plus vaste et aux responsables de politiques.

Catherine Dauvergne est spécialiste du droit de l’immigration et des réfugiés au Canada et dans le monde. Son travail de recherche est ancré dans la conviction que la façon dont nous définissons et contrôlons les frontières de nos sociétés détermine la nature de nos engagements politiques et en dit beaucoup sur l’identité nationale. Les lois frontalières sont le terrain de discriminations flagrantes où les aspirations d’allégeance nationale deviennent évidentes.

Mme Dauvergne est à la fois avocate stratégique et analyste de la vision d’ensemble, aspects qui se reflètent tous deux dans son travail. Son livre Making People Illegal: What Globalization Means for Migration and Law (Cambridge University Press, 2008) est étudié dans plusieurs disciplines et a été réimprimé trois fois. Elle a codirigé nombre d’études empiriques d’envergure sur la prise de décision au sujet des réfugiés dans le monde. Mme Dauvergne a publié trois autres livres et plus de cinquante articles, chapitres et analyses de lois. Elle travaille régulièrement comme bénévole juridique pour des personnes ou des organismes voués aux réfugiés et aux immigrants. Elle est souvent invitée par les médias pour commenter l’actualité sur ces enjeux. Mme Dauvergne est sur le point de terminer un projet de recherche sur l’échec de la Charte canadienne des droits et libertés dans la protection des non-citoyens.

Catherine Dauvergne a grandi à Edmonton. Elle a étudié le droit à l’Université de la Colombie-Britannique et a été auxiliaire juridique du juge en chef Antonio Lamer. Elle a terminé son doctorat à l’Université nationale australienne et, pendant quatre ans, elle a été membre de la Faculté de droit de l’Université de Sydney avant de revenir au Canada. De 2002 à 2012, Mme Dauvergne a été titulaire de la chaire de recherche du Canada en droit migratoire à l’Université de la Colombie-Britannique. Le Centre d’études juridiques féministes de l’Université de la Colombie-Britannique a été pour elle un lieu de stimulation intellectuelle, tant comme étudiante que comme chercheuse.