Andrée Boisselle

Boursiers
2008
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Professeure adjointe, Faculté de droit, Université York

Andrée est professeure adjointe à la Faculté de droit de l'Université York et doctorante en droit à l'Université de Victoria.

Faire une place aux traditions juridiques autochtones au Canada : vers une nouvelle façon de penser la théorie juridique occidentale

Le travail d'André Boisselle dans le domaine du droit constitutionnel comparé cherche à revoir la conception de la théorie juridique occidentale en faisant dialoguer deux conceptions du droit, celle qui est à l'œuvre dans le courant majoritaire de l'ordre juridique canadien et celle des Premières nations. Son projet, qui comprend un travail sur le terrain auprès du peuple Stó:lõ, une nation originaire du sud de la Colombie-Britannique, concerne les conditions théoriques permettant l'existence dans notre pays d'un ordre juridique véritablement légitime fondé sur le dialogue des cultures.

Suite à l'obtention de son baccalauréat en droit civil et en common law à l'Université McGill, Andrée Boisselle a pratiqué le litige civil et commercial à Montréal puis a poursuivi ses études au niveau de la maîtrise à la Faculté de droit de l'Université de Montréal. Son mémoire de maîtrise, qui portait sur la consultation des peuples autochtones, s'est mérité le prix de l'Association des Professeurs de Droit du Québec.

Au doctorat, Andrée souhaite approfondir sa réflexion sur les implications d'un vrai dialogue avec les Premières Nations, tant sur le plan pratique, en droit canadien, qu'à un niveau théorique plus vaste embrassant la conception occidentale du droit dans son ensemble. Pour passer de l'ère coloniale, qui est encore la nôtre, à une relation véritablement respectueuse avec les peuples autochtones, elle croit qu'il est essentiel que l'on cesse d'exiger de ceux-ci qu'ils reconçoivent leurs ordres juridiques selon les termes, formes et catégories propres aux traditions occidentales, et qu'on cherche plutôt, à même les traditions occidentales et autochtones en présence, les ressources qui permettent de comprendre l'autre selon ses propres termes.

Les recherches d'Andrée la mèneront d'abord auprès d'un peuple autochtone de Colombie-Britannique, la Première Nation Stó:lõ, afin de comprendre sa conception du droit, telle que reflétée dans ses mythes, ses récits et ses institutions juridiques propres. Elle puisera ensuite aux sources philosophiques, éthiques et spirituelles des traditions juridiques occidentales afin de suggérer certaines des voies par lesquelles ces traditions peuvent entrer en conversation avec cette tradition autochtone et d'autres de la même famille.