5 Juillet 2017

La Fondation Pierre Elliott Trudeau annonce les récipiendaires de ses bourses doctorales 2017

Cinq étudiants québécois en sciences humaines et sociales reçoivent l’appui de la Fondation

La Fondation Pierre Elliott Trudeau annonce aujourd’hui les nouveaux récipiendaires de ses bourses d’études doctorales en sciences humaines et sociales. De la Colombie-Britannique à Terre-Neuve-et-Labrador, en passant par le Québec, les quinze nouveaux boursiers de la Fondation sont des étudiants exceptionnels qui se sont distingués par l’excellence de leur dossier universitaire et leur engagement dans la communauté. Se penchant sur des questions essentielles pour le Canada et le monde, ils étudient dans les domaines aussi variés que la littérature, la philosophie, les sciences de l’éducation, la santé publique, le développement international, la science politique et le droit. Parmi eux, on compte les Québécois Pierre Cloutier de Repentigny, Sophie de Saussure, Benjamin Gagnon Chainey, Stéphanie Roy et Elena Waldispuehl. Les nouveaux boursiers se joignent à un réseau multidisciplinaire de plus de 400 chercheurs, intellectuels et décideurs mus par l’intérêt d’utiliser leurs connaissances et compétences pour cerner des questions d’importance pour le Canada et le monde.

Les boursiers 2017 de la Fondation Pierre Elliott Trudeau sont :

Ryan Beaton (droit, Université de Victoria) s’intéresse au rôle des tribunaux canadiens dans le rapprochement, au cours des dernières décennies, entre la préexistence des sociétés autochtones et les affirmations de souveraineté de la Couronne.

Pierre Cloutier de Repentigny (droit de l'environnement, Université d'Ottawa) fait une analyse critique des règles du droit de la mer protégeant la biodiversité marine, afin
de promouvoir une relation durable entre la vie marine et l’humanité.

 

Sophie de Saussure (droit, Université d'Ottawa) s’intéresse à la façon dont les tribunaux pourraient tenir compte de l’intérêt des enfants des contrevenants lors de la détermination de la peine de leurs parents.

 

Daniel Del Gobbo (droit, Université de Toronto) examine le rôle des modes alternatifs de résolution de conflits dans le traitement de la violence sexuelle sur les campus universitaires au Canada .

 

Benjamin Gagnon Chainey (littératures de langue française, Université de Montréal et Université Paris 7) analyse l’évolution de l’empathie et de la relation de soin avec le patient à travers la littérature touchant au sida et à la médecine de la fin du XIXe siècle.

 

Vathsala Illesinghe (études sur les politiques, Université Ryerson) étudie l’effet des politiques d’immigration sur la vulnérabilité à la violence chez les femmes immigrantes ou réfugiées, en se penchant sur les trajectoires migratoires entre le Sri Lanka et le Canada.

 

Stephanie Lake (santé publique et populationnelle, Université de la Colombie-Britannique) s’intéresse aux effets de l’utilisation médicale et de la légalisation du cannabis sur la crise des surdoses d’opioïdes en Colombie-Britannique et ailleurs au Canada.

 

Sarah Mason-Case (droit et relations internationales, Université de Toronto) explore comment divers groupes d’acteurs, créent, partagent et renforcent les normes de droit international pour lutter contre les changements climatiques.

Milad Parpouchi (santé publique et populationnelle, Université Simon Fraser) cherche à comprendre les facteurs qui contribuent à l’itinérance et à l’efficacité des modèles de logement avec soutien qui promeuvent l’inclusion sociale, la guérison et l’autodétermination.

 

Stéphanie Roy (droit administratif, Université Laval) cherche à redéfinir les obligations de l’État envers l’environnement en tenant compte de principes éthiques, afin d’assurer la protection de l’environnement dans l’intérêt des générations futures.

 

Brett Schrewe (sciences de l'éducation, Université de la Colombie-Britannique) s’appuie sur l’histoire et la conception de l’éducation pour repenser la formation des médecins afin de réaliser les promesses d’équité en santé inhérentes à la Loi canadienne sur la santé.

Jamie Snook (santé autochtone, Université de Guelph) s’intéresse aux liens entre la santé publique et la gestion conjointe des ressources de la pêche et de la chasse dans les communautés inuites du Labrador.

 

Emma Swan (développement international et mondialisation, Université d’Ottawa) s’intéresse à la relation entre la violence, la construction des identités masculines et la consolidation de la paix en situations de conflit.

 

Ryan Tonkin (philosophie, Université de Victoria) examine les arguments philosophiques et juridiques des propositions de réforme fiscale visant l’allégement des inégalités de revenu dans le contexte démocratique et multiculturel du Canada.

 

Elena Waldispuehl (science politique, Université de Montréal) s'intéresse à la manière dont l’utilisation des médias sociaux redéfinit l’action collective et aux effets du numérique sur l’engagement individuel des militants et militantes, en ligne et hors ligne.

À propos des bourses de la Fondation
Au cours de leur bourse de trois ans, les boursiers de la Fondation Pierre Elliott Trudeau œuvrent au sein d’une communauté inspirante et engagée composée de lauréats, de mentors et d’autres boursiers, contribuant ainsi à appuyer leur développement professionnel. En plus d’un traitement annuel de 40 000 dollars, la bourse comprend une indemnité annuelle de déplacement et de réseautage de 20 000 dollars, qui facilite le travail de terrain des boursiers et leur permet d’organiser ou de participer à des projets de recherche, des conférences et des événements soutenus par la Fondation. Depuis la création du programme en 2003, la Fondation a octroyé 217 bourses d’études doctorales, Il s’agit d’un investissement de près de 24 millions de dollars pour accroître le capital intellectuel du Canada. L’appel de candidatures du concours de bourses 2018 aura lieu du 1er septembre au 8 décembre 2017.

À propos de la Fondation
La Fondation Pierre Elliott Trudeau est un organisme de bienfaisance indépendant et sans affiliation politique créé en 2001 par les amis, la famille et les collègues de l’ancien premier ministre pour lui rendre hommage. Avec l’appui de la Chambre des communes, le gouvernement du Canada lui a confié en 2002 la gestion du Fonds pour l’avancement des sciences humaines et humanités. La Fondation bénéficie aussi du soutien de ses donateurs. Grâce à ses bourses doctorales, prix de recherche, mentorat et événements publics, la Fondation suscite la réflexion et l’engagement dans quatre thèmes cruciaux pour les Canadiens : les droits de la personne, la citoyenneté responsable, le Canada dans le monde et l’environnement.

Suivez-nous sur Twitter @F_Trudeau_F, #boursiersFPET, Facebook et LinkedIn.

En savoir plus

Lisez la revue de presse sur les boursiers 2017

 

Ryan Beaton

Ryan Beaton (droit, Université de Victoria) s’intéresse au rôle des tribunaux canadiens dans le rapprochement, au cours des dernières décennies, entre la préexistence des sociétés autochtones et les affirmations de souveraineté de la Couronne.

Boursiers 2017