2012-10-03 17:30 au 2012-10-03 20:00

Amphithéâtre Cœur des Sciences, UQAM, Montréal, Québec

En partant d’un point de vue personnel sur les expériences de vie qui ont suscité son intérêt pour les sujets de recherche qu’elle explore, la lauréate Trudeau Haideh Moghissi se livre à une réflexion sur les façons de penser populistes et postcoloniales au Moyen-Orient et dans le reste du monde. Elle affirme qu’en rejetant des notions telles que l’universalisme, le sécularisme et les droits de la personne, les intellectuels libéraux – notamment les féministes – et bon nombre de militants de gauche se trouvent piégés dans une appréciation favorable de tout mouvement militant ou politique qui remet en question l’hégémonie économique et culturelle de l’Occident. Même si leur intention est d’appuyer le droit à l’autodétermination de personnes qui ont longtemps été diabolisées par des perceptions racistes et par l’islamophobie, cette tendance erronée a des répercussions négatives pour les groupes d’opposition, particulièrement les femmes, dans la région comme dans la diaspora.

Cette conférence publique aura lieu à l’Amphithéâtre au Cœur des sciences de l’Université du Québec à Montréal à 17h30 au 200 rue Sherbrooke ouest, Montréal. Elle s’organise en collaboration avec l’Institut de recherches et d'études féministes. Madame Moghissi prononcera sa conférence en anglais. L'interprétation simultanée sera offerte et une réception suivra.

Communiqué de presse...> 

La conférence en vidéo...>

Haideh Moghissi

Après une carrière d'archiviste en Iran, elle est devenue une analyste canadienne des questions concernant les femmes dans les sociétés musulmanes, respectée partout dans le monde.

Lauréats 2011